Manifestation sur la rue de Vienne

Le quartier se mobilise

Plusieurs citoyens des quartiers de la Petite France... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Plusieurs citoyens des quartiers de la Petite France et des Vétérans, à Jonquière, ont pris part à une marche pacifique, hier, afin de stopper le projet d'ouverture de la rue de Vienne sur Saint-Hubert.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Des dizaines de citoyens des quartiers de la Petite France et des Vétérans, à Jonquière, ont uni leurs voix, hier, afin de manifester leur désaccord à l'égard du projet d'aménagement d'une intersection reliant les rues Saint-Hubert et de Vienne.

Le projet caressé par Saguenay faisait partie des engagements électoraux du conseiller municipal du secteur, Réjean Hudon, en 2013. Or, l'ouverture de la rue ne fait pas du tout l'affaire des résidants du coin, qui anticipent une augmentation considérable du volume de circulation et qui craignent pour la sécurité de leurs enfants. Près d'une centaine de citoyens ont pris part à la marche symbolique et pacifique d'hier après-midi. Pancartes en main, ils ont parcouru la distance comprise entre l'extrémité de la rue de Vienne et l'intersection Panet du Long-Sault, avant de rebrousser chemin. Un véhicule de police suivait le groupe. La marche s'est déroulée dans le calme.

Pas nécessaire

Frédéric Bouchard habite la rue de Vienne depuis cinq ans. Le père de deux enfants croit qu'un nouvel accès au quartier n'est pas du tout nécessaire puisqu'il en existe déjà cinq. Il est également d'avis que l'aménagement d'une intersection, évalué à 228 000$, coûterait, en fait, beaucoup plus cher et que l'échevin Hudon se base sur un rapport de 2007 pour justifier la nécessité de relier les deux artères.

«Ce n'est pas un projet prioritaire à Saguenay. Il y a bien d'autres choses de plus importantes que ça à faire. On essaie de comprendre les raisons qui motivent ce projet et on ne comprend vraiment pas le pourquoi de tout ça», martèle le Jonquiérois, qui faisait partie des nombreuses familles venues soutenir la cause. Frédéric Bouchard et ses collègues ont envoyé une lettre au maire Jean Tremblay, mais ils n'ont pas obtenu de réponse.

Impopulaire

Visiblement, le conseiller Hudon n'a pas la cote dans ce secteur. Éric Bergeron qualifie le projet du conseiller de "ridicule" et de "farfelu". On sait qu'un comité de citoyens a acheminé une mise en demeure à la Ville il y a quelques semaines, la sommant de mettre un frein au projet.

«Ce n'est pas parce qu'il a obtenu 1500 voix de majorité aux dernières élections que ce projet est légitime. M. Hudon n'a pas les compétences pour faire de l'urbanisme. Il veut ouvrir la rue sans avoir fait d'études ou de tests. Qu'il nous prouve hors de tout doute que ça va donner quelque chose!», a indiqué le citoyen. M. Bergeron ne comprend pas pourquoi les conseillers des quartiers voisins n'osent pas s'immiscer dans le dossier.

«Est-ce qu'il y a un climat de peur au conseil de ville?», s'interroge-t-il. La Ville a annoncé qu'une séance d'information concernant le projet de la rue de Vienne aura lieu le 20 mai à 18h30 au Patro de Jonquière.

mgagnon@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer