Marché fragile et travail de sape des écologistes

Des pertes de 30 M$ pour Résolu

Le président de Produits forestiers Résolu, (PFR), Richard... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Le président de Produits forestiers Résolu, (PFR), Richard Garneau.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La baisse des prix des produits de la forêt sur les grands marchés, le ralentissement des mises en chantier aux États-Unis et les campagnes menées par les activistes auprès des grands clients constituent des éléments importants qui ont plombé les résultats trimestriels de la papetière, laquelle annonce des pertes de l'ordre de 30 M$.

Le président du conseil et chef de la direction, Richard Garneau, considère malgré cette performance que la situation financière de l'entreprise est bonne: «Nous sommes convaincus que nous sommes en mesure de réaliser de bonnes performances et d'être compétitifs avec notre réseau d'usines», insiste Richard Garneau en entrevue au Quotidien après l'annonce des résultats du dernier trimestre.

Pour le bois d'oeuvre, Résolu a dû composer avec une baisse des exportations des producteurs de l'Ouest de l'ordre de 30% sur les marchés asiatiques (Chine et Japon). Ceux-ci ont donc écoulé cette production sur le marché américain et ainsi entraîné une baisse du prix du bois d'oeuvre: «En plus, il y a eu un hiver particulier qui a provoqué un ralentissement dans l'industrie de la construction après le mois de janvier où on est passé sous le million de mises en chantier», insiste Richard Garneau.

Les prix de la pâte commerciale ont aussi joué un rôle non négligeable dans les résultats obtenus lors du dernier trimestre. Elle a subi une baisse de 29$ la tonne. Le papier journal continue quant à lui sa descente. Pour Résolu, il s'agit d'une baisse des livraisons de 62 000 tonnes métriques. Les producteurs nord-américains doivent ainsi faire face à un rythme accéléré à la diminution structurelle de la demande mondiale. En plus de la baisse de la demande, les producteurs doivent s'accommoder d'une baisse du prix de vente.

hausse des coûts

Pour le secteur de la pâte, Produits forestiers Résolu a été dans l'obligation de composer avec des expéditions qui coûtent plus cher: «Quand nous perdons des clients situés à proximité de nos usines, nous devons trouver des solutions et ça nous oblige à exporter plus loin nos produits. C'est ce que nous devons faire parce que des activistes agissent illégalement auprès de nos clients et c'est toléré», reprend Richard Garneau.

Pour les prochains mois, Résolu doit composer avec des enjeux qui auront un impact sur sa performance. Le dossier de la certification forestière est toujours préoccupant pour l'entreprise qui doit préparer la mise en oeuvre de la résolution 65 de Forest Stewardship Council sur les massifs forestiers anciens. La propagation de l'épidémie de la tordeuse du bourgeon de l'épinette ne sera pas sans conséquence pour les usines de sciage de la région et celle de Baie-Comeau.

«On sait que les activistes veulent faire cesser la coupe dans la forêt boréale. Nous demandons à ce qu'il y ait des études sur les écotypes de caribou puisque dans certains endroits comme et dans la région du Labrador, on constate que le caribou toundrique et le caribou des bois se mélangent», signale Richard Garneau.

L'épidémie de tordeuse a maintenant atteint les forêts du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Déjà, Résolu tente de trouver des solutions pour les forêts de la Côte-Nord qui approvisionnent sa scierie de Baie-Comeau. Selon Richard Garneau, la récolte de ces tiges provoque une augmentation des coûts de 70$ la tonne métrique pour l'entreprise. L'idée est de récolter ces peuplements le plus rapidement possible avant que les arbres présentent des signes de défoliation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer