Six mois de prison pour Saint-Gelais

Martin Saint-Gelais a été condamné à 6 mois... (Rocket Lavoie)

Agrandir

Martin Saint-Gelais a été condamné à 6 mois de prison pour s'être exhibé devant une fillette de 11 ans.

Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(CHICOUTIMI) Martin Saint-Gelais sera incarcéré six mois pour s'être exhibé devant une fillette de 11 ans et pour avoir placé la main de celle-ci sur son pénis.

Le juge Rosaire Larouche, de la Cour du Québec, a tranché entre les suggestions de la défense et de la poursuite. Me Gitane Smith réclamait 90 jours de prison alors que la Couronne, représentée par Me Marie-Josée Hamelin-Gagno, proposait 12 mois d'emprisonnement.

De décembre 2011 à avril 2012, Saint-Gelais, alors âgé de 18 ans, se trouvait nu dans sa chambre et ne faisait rien pour éviter le regard de la fillette. 

Il a poussé plus loin sa déviance en se faisant caresser le pénis et en touchant lui-même les fesses de l'enfant.

Le juge estime que Saint-Gelais a besoin de plus d'aide qu'il ne le prétend. En l'envoyant en prison, il lui ordonne aussi de suivre des programmes pour régler sa problématique sexuelle.

« Vous avez besoin de plus d'aide que vous ne le croyez », a-t-il dit. 

Dans sa décision, le magistrat a tenu compte du rapport présentenciel. Ce dernier n'était pas élogieux à l'égard de l'accusé. 

Il devra fournir un échantillon d'ADN, être inscrit au registre des délinquants sexuels pour le reste de ses jours et sera en probation pendant 24 mois, à sa sortie de prison.

Entre autres conséquences, la famille de la vicitime a été contrainte de déménager pour s'éloigner de Saint-Gelais. La fillette dit par ailleurs avoir de la difficulté à dormir dans sa chambre au sous-sol.

La mère de la victime, dont nous ne pouvons dévoiler l'identité, était présente au tribunal afin de prendre acte de la sentence.

Dans un courriel envoyé au Quotidien en début de semaine, la femme se disait heureuse que les gestes de Saint-Gelais soient ainsi exposés sur la place publique.

« Nous avons gardé ça en dedans de nous alors que nous voulions le crier sur tous les toits. Nous pouvons maintenant crier victoire. Victoire parce ce que les parents ne laisseront pas ce rôdeur traîner auprès de leur jeune », a signé la dame.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer