Crise majeure du secteur manufacturier

Des mesures de relance pour traverser la tempête

Marc Savard (Fonderie Saguenay)... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Marc Savard (Fonderie Saguenay)

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le secteur manufacturier régional traverse une crise majeure et c'est pourquoi quatre mesures sont réclamées auprès de Québec afin de traverser la tempête.

Ces demandes ont été déposées par le Regroupement des manufacturiers en métaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui compte 51 PME embauchant 4500 employés, dans le cadre du sommet économique régional prévu le 18 juin.

Selon le bilan produit, de 2006 à 2011, le secteur manufacturier présente des données contrastées avec une baisse de 3,3% du nombre d'emplois, une hausse de 4,7% des salaires versés et une diminution de 1,8% du chiffre d'affaires global, lequel s'établit à 6,5 G$.

Toutefois, l'entrée dans le coeur de la tempête a eu lieu de 2011 à 2012 puisque le niveau d'emplois a décru de 6,5% tandis que la masse salariale reculait de 15,1%. Les revenus des entreprises ont diminué quant à eux de 1,3 G$. Il en va de même pour la valeur de la production en perte de 20%. Globalement, 741 emplois manufacturiers ont disparu pendant cette année pour une diminution de 93 M$ de la masse salariale.

En raison des annulations ou reports de grands projets industriels (Niobec, AP-60, menaces de fermetures d'usines de papier), le regroupement propose que la région soit désignée région-pilote pour une durée de cinq ans relativement à la mise en application de quatre actions structurantes.

Fonds de capital

Il est proposé de mettre en place un fonds régional de 50 M$ en capital de développement, diversification, innovation dédié aux PME manufacturières. Ce fonds serait constitué de cinq contributions annuelles de 10 M$ provenant de subventions de Québec. Ces montants seraient tirés des redevances annuelles de 150 M$ versées par la région sur les droits miniers, forestiers et hydrauliques. Cette demande est basée sur les données voulant que la région contribue pour 13,7% du total des redevances québécoises provenant des ressources naturelles alors qu'elle ne représente que 3,3% de la population du Québec. Elle contribue 4,2 fois plus que son poids démographique, lit-on dans le document.

L'attribution des fonds serait déterminée par une table d'experts régionaux afin de rendre disponible du capital de développement pour les phases de prédémarrage et de démarrage de projets axés sur la diversification économique régionale et de modernisation/innovation.

Le regroupement souhaite que ce fonds soit décentralisé, régionalisé, indépendant des fonds en capital de risque existants tout en privilégiant l'approche entrepreneuriale nécessaire à la diversification des investissements.

Coûts d'énergie

Les 51 entreprises regroupées souhaitent attirer de nouvelles entreprises manufacturières en abaissant les tarifs d'électricité de 30% pour la région. Ce serait le cas pour le tarif L (5 MW et plus) et le tarif M (3 à 5 MW). La même demande est déposée pour le gaz naturel. Les manufacturiers justifient leur demande sur l'exemple des régions nord de l'Ontario.

Prix de l'aluminium

Dans le but d'accélérer le développement de la transformation de l'aluminium, le regroupement souhaite une réduction de 100$ la tonne par rapport au prix LME pour chaque tonne d'alunimium transformée dans la région. On y note qu'une telle réduction de 100$ la tonne transformée est en vigueur au Bahrein.

Crédit d'impôt

Le quatrième moyen d'action proposé vise la mise en place d'un crédit d'impôt régional pour stimuler l'exportation. Ce crédit serait basé sur la masse salariale à l'exportation hors Québec et hors Canada afin de générer un apport de capitaux neufs dans la région. Ce crédit serait basé sur les employés admissibles qui travaillent au moins 75% de leur temps par période de paie dans des activités rattachées à la fabrication, la transformation et la commercialisation. Le taux de crédit serait déterminé en fonction des exportations de l'entreprise.

Soulignons que le comité ayant chapeauté le mémoire est formé, entre autres, par André Poulin (Rémac), Marc Savard (Fonderie Saguenay) et Michel Boudreault (Sotrem-Maltec).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer