Semaine des élèves handicapés et en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage

Deux commissions scolaires s'unissent

Les membres du comité EHDAA des commissions scolaires... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Les membres du comité EHDAA des commissions scolaires De La Jonquière et des Rives-du-Saguenay, Stéphane Forget et Sandra Gravel, entourent les parrains d'honneur de la semaine, Olivier Martel et Sara Gagné.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dominique Gobeil
Le Quotidien

Les commissions scolaires des Rives-du-Saguenay (CSRS) et De La Jonquière (CSDLJ) s'unissent pour la troisième édition de la Semaine des élèves handicapés et en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA), qui proposera dès demain plusieurs activités gratuites pour sortir les parents de leur isolement.

L'humoriste originaire de la région Philippe Laprise, la comédienne Guylaine Guay, l'orthopédagogue Robert Darche et la mère de famille Julie Palin donneront des conférences à l'hôtel Delta du 4 au 7 mai afin de donner des outils aux parents, grands-parents, étudiants dans le domaine et intervenants qui côtoient des élèves avec des besoins particuliers.

«On veut rejoindre ces personnes pour briser leur isolement et l'étiquette qui colle aux enfants EHDAA», souligne la présidente du comité EHDAA de la CSRS, Sandra Gravel. «C'est une façon de mettre en valeur ces jeunes et ceux qui travaillent avec eux pour montrer que ce qu'ils accomplissent est extraordinaire», renchérit le vice-président du comité de la CSDLJ, Stéphane Forget.

Tous les deux savent bien de quoi ils parlent, étant parents d'enfants vivant avec diverses problématiques. Ils siègent au sein de leur comité avec d'autres parents, des représentants des services offerts dans leur commission scolaire et pour Jonquière, des délégués du milieu de la santé.

C'est la première fois que les deux CS organisent conjointement l'évènement qui vise à faire connaître les différents services. «Si jamais il y a des fusions, nous serons prêts», rigole M. Forget. Plus sérieusement, il explique le thème de la semaine, «Je suis différent, unique». «Au fond, tout le monde est différent, même sans avoir l'étiquette EHDAA. C'est ce qui permet de sortir du lot et de se valoriser», philosophe-t-il.

Celui qui s'est impliqué en premier lieu pour amasser de l'information pour son compte veut à présent redonner au suivant et informer les autres parents. «Au début, on a des deuils à faire et on pense qu'on est seul. Maintenant, je me tourne de l'autre côté et j'en fais profiter ceux qui n'ont pas le privilège d'avoir autant de temps pour s'engager.»

Sandra Gravel considère que c'est justement l'occasion d'inciter les parents à s'impliquer plus. «En travaillant tous ensemble, nous serons plus à l'affût et nous pourrons avoir accès à de meilleurs services», exprime celle qui s'est battue pour que son fils puisse cheminer au sein du programme d'éducation internationale (PEI), une grande réussite pour lui.

Mme Gravel est impressionnée par le travail des commissions scolaires, qui prennent à coeur les besoins de chaque élève. Les comités EHDAA restent toutefois vigilants vis-à-vis des décisions du ministère de l'Éducation. «On sent qu'il y a du changement. Les intervenants sont très créatifs pour offrir les meilleurs services possible, mais on surveille pour voir quels seront les impacts des coupes», confie Stéphane Forget.

Ailleurs au Québec

Les organisateurs espèrent que graduellement, l'initiative, déjà célébrée dans d'autres commissions scolaires, gagnera la province au complet.

Stagiaire

Dgobeil@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer