Caribou forestier

Ottawa étudiera la problématique

Le député de Roberval-Lac-Saint-Jean, Denis Lebel, a confirmé... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Le député de Roberval-Lac-Saint-Jean, Denis Lebel, a confirmé que le gouvernement canadien allait faire le nécessaire dans le dossier du caribou forestier qui doit faire l'objet d'un programme de rétablissement dans l'ensemble du pays.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gouvernement canadien va évaluer la problématique du caribou forestier qui est à l'origine d'une campagne internationale de Greenpeace contre l'industrie forestière du pays et qui a jusqu'à maintenant fait perdre des parts de marché aux papetières.

Au terme d'une allocution devant la Chambre de Commerce du Saguenay, le ministre responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour le Québec et député de Roberval-Lac-Saint-Jean, Denis Lebel, a répliqué aux accusations du président de Produits forestiers Résolu Richard Garneau. Ce dernier accusait Ottawa de se traîner les pieds dans le dossier du caribou forestier alors que le gouvernement fédéral est en attente des plans de rétablissement de chacune des provinces.

«M. Garneau était à Ottawa hier et aujourd'hui pour rencontrer mes collègues ministre des Ressources naturelles et de l'Environnement à ma demande», a mentionné Denis Lebel. Il en a profité pour accuser l'organisme de presse Greenpeace de mener une campagne dont l'objectif fondamental est de faire cesser les opérations forestières dans la forêt boréale canadienne et ainsi répéter sensiblement le même scénario que celui de la chasse aux phoques.

«On utilise le seuil de 35% de perturbation des forêts qui n'est pas dans une loi. Il s'agit d'un chiffre retenu et nous avons besoin de plus de science», a insisté le ministre en point de presse. Devant l'assistance, il avait démontré une certaine impatience en affirmant qu'il était difficile de compter des caribous qui n'existent pas.

Interrogé sur l'application de ce seuil de 35% à la grandeur du pays sans tenir compte de particularités régionales, Denis Lebel est demeuré prudent. Il considère que les recherches vont permettre de faire avancer le dossier.

Campagne électorale

Devant les gens d'affaires, le ministre Lebel s'est surtout concentré sur les réalisations du gouvernement Harper depuis son accession au pouvoir. Le député de Roberval-Lac-Saint-Jean admet ouvertement être en pleine campagne électorale et n'épargne pas ses adversaires.

Il a réitéré que le gouvernement conservateur basait l'essentiel de son action politique sur le principe de laisser aux contribuables canadiens le plus de liberté possible pour qu'il soit en mesure de choisir ce qu'il y a de plus intéressant. Il a ainsi défendu le principe de verser aux parents directement des montants pour la garde des enfants au lieu de mettre en place comme le préconise un réseau canadien de garderies. Selon Denis Lebel, les parents sont les mieux placés pour choisir ce qu'il y a de mieux pour leurs enfants.

Il supporte la même logique en matière de fiscalité: «Je le répète souvent, mais nous avons diminué 180 fois les impôts depuis notre première élection. On a aussi 11 millions de Canadiens qui ont ouvert un CELI. Ce sont des gens dont le revenu moyen est de 40 000$ par année. Nous avons décidé de relever les montants admissibles pour permettre aux gens d'améliorer leur fiscalité", a repris Denis Lebel.

Il a défendu avec beaucoup d'arguments le dernier budget Harper. Il a attiré l'attention sur les aides à la famille et les montants dédiés à la sécurité du Canada. Ces investissements en matière de sécurité sont pour les conservateurs une nécessité avec les changements sur la planète. Denis Lebel a rappelé les attentats d'Ottawa et de Saint-Jean pour justifier les investissements dans ce domaine.

Denis Lebel a mis en garde son auditoire contre la formation de Thomas Mulcair qui promet de dépenses dans les programmes avec un budget qui va s'équilibrer par lui-même. Il n'est pas plus tendre à l'endroit du chef libéral Justin Trudeau dont le coeur du programme électoral est de s'occuper de la légalisation de la marijuana.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer