Usine d'électrolyse à Dolbeau-Mistassini

Québec confirme les pourparlers avec Century Aluminum

Pierre Arcand, titulaire de l'Énergie et des Ressources... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Pierre Arcand, titulaire de l'Énergie et des Ressources naturelles

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Québec confirme que des pourparlers sont en cours avec la compagnie américaine Century Aluminum pour la construction d'une usine d'électrolyse à Dolbeau-Mistassini, au Lac-Saint-Jean.

Tel que révélé par Le Quotidien lundi dernier, les deux parties auraient toutefois du mal à s'entendre sur les détails d'un contrat énergétique à long terme. Century Aluminum souhaiterait avoir un traitement similaire à celui qu'a obtenu Alcoa, en 2014, sous l'ancien gouvernement péquiste de Pauline Marois. Entre autres clauses, l'entente d'Alcoa prévoit une modulation des coûts directement proportionnelle au prix du métal gris. Ainsi, lorsque l'aluminium serait à son plus bas, l'entreprise paierait 2,3 cents pour chaque kWh, deux fois moins que le tarif L.

Pour la première fois mercredi matin, à l'Assemblée nationale, le ministre Pierre Arcand a évoqué le nom de Century Aluminum, dont le siège social est implanté à Chicago.  Il a ainsi référé au projet «Bulldog».

«C'est un projet qui pourrait être extrêmement intéressant», a confié le titulaire de l'Énergie et des Ressources naturelles.

La construction d'une aluminerie à Dolbeau-Mistassini nécessitera un investissement estimé à 2 milliards et devrait engendrer entre 500 et 700 emplois. Selon le plan initial, l'usine d'électrolyse produirait plus de 400 000 tonnes métriques de métal. 

 La CAQ s'en mêle

Par le biais d'un communiqué émis mercredi matin, le porte-parole de la Coalition Avenir Québec pour le développement économique régional, André Spénard, a invité le premier ministre Philippe Couillard à accélérer le processus de négociation afin que le projet de Century Aluminum se concrétise enfin. Il a mentionné qu'un tel investissement tomberait à point dans un secteur durement affligé par la crise forestière qui perdure.

«Pourquoi le premier ministre, qui est avant tout le député de la circonscription de Roberval, se traîne-t-il les pieds dans ce dossier? Qu'est-ce que le gouvernement a fait, concrètement, pour que le projet d'aluminerie aille de l'avant? », a-t-il questionné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer