Nouvelles compressions de 2 millions $

La CSRS coupe 10 postes et surcharge les classes

En marge de la séance du conseil des... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

En marge de la séance du conseil des commissaires de la CSRS, hier, quelques dizaines d'enseignants ont manifesté leur mécontentement face aux actuelles négociations avec Québec.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

La saignée se poursuit à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay (CSRS). De futures compressions de près de 2 millions$ forcent la direction à prévoir l'abolition de 10 postes, l'augmentation du nombre d'élèves par classe et la hausse des tarifs du transport le midi et des frais de garde pour les fréquentations sporadiques.

Ce sont certaines des mesures qui font partie du rapport du comité budgétaire pour l'année 2015-2016, adopté hier soir, en séance du conseil des commissaires.

Avec le déficit de plus d'un million$ pour l'année en cours, la CSRS accuse désormais un manque à gagner de 3 millions$ pour l'année 2015-2016. Les règles budgétaires, rappelons-le, n'ont pas encore été rendues publiques par le gouvernement, mais la cible de 2 millions$ est la plus plausible pour la CSRS.

«Depuis 5 ans, on a coupé 10 millions$. Là, c'est 2 millions$ de plus. Ça devient de plus en plus difficile. C'est déchirant même. Il faut prendre des décisions qui ont un impact sur nos employés, sur nos élèves. Parce que ces coupes vont avoir des impacts, c'est indéniable», laisse tomber Antonin Simard, président de la CSRS.

En effet, certains enseignants verront leur classe grossir. Le ratio maître/élèves sera au maximum dans plusieurs classes pour éviter l'ouverture de nouveaux groupes. Une mesure qui permettra à la direction d'économiser 600 000$.

«Dans notre culture, on a toujours essayé d'offrir des conditions favorables aux enseignants. On n'atteignait pas toujours le maximum d'élèves que la convention collective permettait. Mais là, on va tendre vers ça et même dépasser d'un élève dans certaines classes. Parce que des marges de manoeuvre, on n'en a plus», laisse tomber la directrice générale, Christine Tremblay.

Abolition de postes

Une révision de la structure administrative et des plans d'effectifs entraînera également l'abolition de dix postes au sein des différents corps d'emploi, soit des cadres, des professionnels et des employés de soutien. Si ce plan est adopté, la CSRS aura coupé 50 postes depuis 2010.

L'abolition de ces emplois et la mise en commun de certaines ressources dans les centres de formation professionnelle permettront à la direction de sauver 625 000$.

En plus de hausser certains tarifs, dont le transport le midi, la CSRS prévoit sabrer dans ses contributions financières versées à des partenaires socio-économiques, dont le CRÉPAS, le Réseau sport étudiant, MigrAction, le Salon du livre et le consortium de recherche en éducation.

«On coupe en quelque sorte nos ailes. Oui, il y aura toujours de l'enseignement. Mais des projets de développement, ça va être difficile», déplore Mme Tremblay, qui attend avec impatience les règles budgétaires pour clore le prochain budget avant le mois de juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer