L'implantation d'une aluminerie à Dolbeau-Mistassini

La balle est dans le camp du gouvernement

Le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

L'implantation d'une aluminerie par la compagnie Century Aluminum à Dolbeau-Mistassini est entre les mains du gouvernement.

C'est l'opinion du maire de Dolbeau-Mistassini, Richard Hébert, et du préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin. « Nous assistons à une partie de cartes qui se joue entre la compagnie et le gouvernement. Nous, on a fait notre travail pour mettre en place les éléments pour accueillir une aluminerie. La balle est dans le camp du gouvernement », estime Boivin.

Des négociations seraient toujours en cours pour obtenir un tarif préférentiel très bas qui varierait selon le prix du métal gris. Les besoins énergétiques seraient de l'ordre de 750 MWh. Aussi, selon Jean-Pierre Boivin, Investissement Québec aurait été approché pour investir dans le projet évalué à 2 milliards de dollars. Finalement des programmes de formation de main-d'oeuvre devraient être mis en place.

Au bureau du premier ministre Philippe Couillard, on ne veut pas commenter l'avancement du projet. Et le député de Roberval n'accordera pas d'entrevue sur le sujet.

De son côté, le maire Richard Hébert affiche toujours un « optimisme prudent ». « Ce n'est pas une cabane à patate frite sur le bord de la route qui se travaille. Ça prend du temps mais on se rapproche de la terre promise », a-t-il illustré. Je pense que notre secteur, avec l'incertitude dans l'industrie forestière, est en droit d'avoir un projet d'une telle envergure. Ça donnerait une impulsion à tout notre secteur. Il faut de nouveaux emplois au nord du lac ».

Le comité aluminerie n'a pas fini son travail pour autant, une actualisation des études réalisées au cours des dernières années sera réalisée.

L'apport du fédéral sera aussi nécessaire. Pour que le projet se concrétise, un pont ferroviaire de 35 M$ devra être construit. « Pour cet aspect, nous ne sommes pas trop inquiets. Le ministre Denis Lebel a toujours démontré sa volonté que son gouvernement participe. Aussi, le CN nous a dit que s'il y avait un gros client il serait prêt à prolonger le réseau », a révélé Jean-Pierre Boivin. Rappelons que Développement économique Canada avait accordé une somme de 180 000 $ pour la réalisation des études du pont ferroviaire.

Bien que l'identité de la compagnie qui désire investir est maintenant connue, les deux élus ne pensent pas que ça peut faire avorter le projet parce que les négociations sont très avancées. Le projet serait réalisé en deux phases pour atteindre une capacité de production de 400 000 tonnes, l'équivalent de l'usine de Rio Tinto Alcan d'Alma. L'aluminerie pourrait créer 500 emplois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer