Aluminerie à Dolbeau-Mistassini: Le projet en cinq points

Les élus du Lac-Saint-Jean continuent de nourrir le rêve d'une nouvelle... (Source : www.statejournal.com)

Agrandir

Source : www.statejournal.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(ALMA) Les élus du Lac-Saint-Jean continuent de nourrir le rêve d'une nouvelle aluminerie qui serait construite sur le territoire de Dolbeau-Mistassini. Mais qu'en est-il de cette idée lancée il y a déjà près de cinq ans?

S'ils ont su alimenter l'optimisme pendant tout ce temps, tous les intervenants impliqués dans le dossier sont demeurés muets quant aux détails entourant le projet.

Encore aujourd'hui, la loi du silence est respectée, de l'édifice municipal jusqu'au bureau du premier ministre Philippe Couillard.

Cette règle d'or prévaut également chez le promoteur, dont l'identité est confirmée par quelques sources dignes de foi.

Les questions formulées auprès du département des communications de la multinationale sont toutes restées sans réponse.

Le Quotidien a néanmoins validé suffisamment d'informations pour révéler, en cinq capsules, certaines bribes de ce projet.

CENTURY ALUMINUM, C'EST QUI?

Le projet d'aluminerie de Dolbeau-Mistassini repose entre les mains d'une société américaine connue sous le nom de Century Aluminum et dont le siège social est établi à Chicago, en Illinois. Inscrite à la bourse, la compagnie a une capacité de production globale d'un peu plus d'un million de tonnes d'aluminium par année avec ses cinq usines d'électrolyse (quatre sur le territoire des États-Unis et une en Islande). Century Aluminum réalise également un projet à Helguvik, en Islande, qui devrait bonifier sa production de 250 000 tonnes. Aux fins de comparaison, Rio Tinto Alcan produit environ un million de tonnes d'aluminium rien qu'au SaguenayLac-Saint-Jean.

UNE TECHNO-LOGIE À DÉFINIR

Si le projet se concrétise et demeure fidèle au plan initial, la construction se fera en deux phases distinctes pour atteindre, ultimement, une capacité de production de plus de 400 000 tonnes métriques. Il s'agit de l'équivalent de l'aluminerie de Rio Tinto Alcan à Alma. Maintes fois évoqué dans les médias, l'investissement prévu est de quelque deux milliards de dollars. L'usine générerait quelque 500 emplois dans ce secteur durement touché par la crise forestière.

DIRECTION TROIS-RIVIÈRES

Bien que les installations portuaires de Saguenay ne soient pas complètement écartées de la liste d'options, le scénario le plus sérieusement analysé serait de relier la future usine au port de Trois-Rivières, via le réseau ferroviaire du CN. La construction d'un pont enjambant la rivière Mistassini serait nécessaire. Le port de Trois-Rivières dispose déjà des infrastructures nécessaires à l'exploitation d'une aluminerie. Alcoa y est notamment implantée pour approvisionner son usine de Deschambault.

UNE ALUMI-NERIE EN PLEIN BOIS

Le terrain destiné à l'éventuelle aluminerie se situe en retrait de Dolbeau-Mistassini, le long d'un chemin de terre appartenant à Produits forestiers Résolu (PFR). Un parc industriel sera aménagé.

DU COURANT PAS CHER, PAS CHER

L'énergie est l'enjeu principal de ce projet. Pour l'instant, on murmure que c'est à ce niveau précis que les discussions achoppent. Bien que cette information n'ait pu être validée, le gouvernement du Québec serait prêt à consentir à Century Aluminium un bloc énergétique substantiel à un prix nettement inférieur à celui du tarif L, qui s'élève à 4,6 cents/kWh. Selon différentes informations recueillies, Century Aluminum disposerait d'une grille de tarification variable, adaptée au prix de l'aluminium. Or, on serait encore loin de ce que l'ancien gouvernement péquiste a offert à Alcoa pour qu'elle maintienne ses opérations au Québec. Si le scénario proposé à Alcoa était finalement appliqué dans ce dossier, Century Aluminum pourrait acquérir des kWh à un prix plancher aussi bas que de 2,3 cents lorsque le marché de l'aluminium serait à son plus bas niveau. Ce coût serait réévalué de façon proportionnelle à la valeur du métal gris. On évalue les besoins énergétiques de la future aluminerie à 750 MWh.

Mst-Hilaire@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer