Au Népal depuis un mois et demi

Un couple d'Almatois s'en est bien tiré

L'Almatois Étienne Landry-Désy est au Népal depuis un... ((Courtoisie))

Agrandir

L'Almatois Étienne Landry-Désy est au Népal depuis un mois et demi, en compagnie de sa conjointe. Sur cette photo, il est aux côtés d'un habitant de la région de Langtang

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Julien Renaud
Le Quotidien

L'Almatois Étienne Landry-Désy et sa conjointe Stéphanie Rondeau, qui étudie dans la région, se dirigeaient vers le camp de base de l'Annapurna lorsqu'un tremblement de terre s'est produit, samedi, au Népal, faisant près de 2500 morts et des milliers de blessés.

Au lendemain du séisme, Le Quotidien a joint la mère d'Étienne Landry-Désy, Louise Landry. «Étienne et Stéphanie ne sont pas mal pris. Ils sont dans les montagnes. Sur le coup, ils n'avaient pas mesuré l'ampleur du séisme, jusqu'à ce qu'ils croisent des gens qui redescendaient des sentiers», a rapporté Mme Landry.

«Sur le sentier, les gens en choc redescendent. Près du base camp on raconte avoir vu la montagne s'écrouler sous leurs yeux» (sic), a partagé Étienne Landry-Désy via inReach, un logiciel de communication satellite qui permet de «tweeter».

La famille de l'Almatois a rapidement eu des nouvelles de leur garçon, via inReach, si bien que son angoisse a été de courte durée. «Mon mari a entendu ce qu'il venait de se passer à 8h du matin à la radio, samedi. À 9h, nous avions des nouvelles d'Étienne. On ne peut pas l'appeler, mais lui, il peut. La première fois, il nous a appelés pour nous dire qu'il était correct. Il nous rappelle quand il peut pour nous donner des nouvelles et on se tient informé avec ses ''tweets''. Mais c'est plus lui qui a besoin de nous pour avoir des nouvelles, car il n'a pas Internet dans la montagne», a ajouté Louise Landry.

Son garçon se trouve au Népal depuis un mois et demi pour y effectuer des expéditions en montagne. «Il n'a pas été en danger. Il a dit que ç'a fait comme s'il était sur une planche de surf. L'Annapurna n'est pas si loin de l'épicentre, mais il ne semble pas y avoir eu de décès dans son coin», a raconté l'Almatoise, qui s'est dite attristée par le drame que vivent les familles endeuillées.

Étienne Landry-Désy et sa conjointe ont été témoins d'éboulis et de chutes de neige dans le secteur où ils se trouvaient. Ils ont choisi de redescendre vers le village de Chomrong. «On décide de partir vers Chomrong, vers le bas. Le sentier est ok. Après on sait pas. On avisera», a écrit Étienne Landry-Désy.

Depuis son départ en décembre, Étienne Landry-Désy a visité des pays d'Europe, la Chine et l'Inde, avant de se rendre au Népal. Il continuera son périple avec sa conjointe jusqu'à la fin juillet.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer