Ouverture de la pêche

La frénésie au rendez-vous

Chaudement habillés, les mordus de la pêche étaient... ((Photo Mariane L. St-Gelais))

Agrandir

Chaudement habillés, les mordus de la pêche étaient au rendez-vous, hier matin, au pied du barrage de Portage-des-Roches à Laterrière, pour l'ouverture officielle de la pêche.

(Photo Mariane L. St-Gelais)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

Le temps frisquet et gris ne fait pas que des malheureux, bien au contraire!

Avec l'ouverture officielle de la pêche hier, plusieurs amateurs sont bien heureux de la fraîcheur du temps qui leur permet de taquiner le poisson sur les lacs encore glacés ou sur les divers plans d'eau du Saguenay.

À l'exception du lac Saint-Jean, les mordus de la pêche peuvent maintenant pêcher l'omble de fontaine (truite mouchetée), la truite grise, la truite de mer et la ouananiche sur la rivière Saguenay, le lac Kénogami et autres territoires libres.

Rémi Aubin, de l'Accomodation des 21 à La Baie, invite toutefois les pêcheurs à faire preuve de prudence avant de s'aventurer sur un plan d'eau glacé. «Beaucoup de gens sont partis pêcher sur la glace. Sur les lacs en haute altitude où la chaleur n'a pas encore fait son travail, la glace est encore de bonne qualité, mais en basse altitude, on demande aux gens de tester la glace avant d'embarquer, et ce, à différents moments de la journée. On leur demande aussi d'éviter d'embarquer près des tributaires», souligne celui qui est une référence dans le domaine.

Frénésie

L'an passé, le printemps a été "exécrable" pour la pêche et les commerces spécialisés dans le domaine, puisque la chaleur n'était pas au rendez-vous. «Quand les lacs seront libérés de leur couvert de glace, ça peut ralentir (l'intérêt des pêcheurs) si la météo ne se réchauffe pas. L'an passé, nous avons eu un printemps exécrable parce que nous n'étions pas en mesure d'aller pêcher confortablement. Les gens aiment embarquer dans une chaloupe avec un peu de chaleur, idéalement entre 15 et 20 degrés Celsius», explique M. Aubin.

Cette année, c'est plutôt l'inverse. «L'an passé, il y avait eu un ralentissement, mais cette année, on dirait que les gens en ont assez de l'hiver très froid et que dès qu'ils ont la chance d'aller dehors, ils y vont. Jeudi et aujourd'hui (hier), c'était la frénésie. Plusieurs ont pris congé pour aller à la pêche», constate-t-il.

D'ailleurs, il paraît que plusieurs personnes ont été frappées par la fièvre de la pêche, hier matin, et ont dû aviser leur employeur qu'ils ne seraient pas en mesure de se présenter au travail...

Jstpierre@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer