Gaudreault bascule dans le camp Péladeau

«Une alliance réaliste»

Dans une conférence de presse émotive en compagnie... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Dans une conférence de presse émotive en compagnie de cinq des sept députés qui lui avaient donné son appui, mercredi à Québec, Bernard Drainville a dit avoir été forcé de se rendre à l'évidence, alors que l'appui s'était majoritairement cristallisé derrière l'actionnaire de contrôle de Québecor.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sylvain Gaudreault parle d'une «alliance réaliste». «Je me rallie à celui qui va gagner pour faire avancer mes idées.»

Bernard Drainville a décidé lundi de se rallier à Pierre Karl Péladeau. Des discussions ont eu lieu hier entre «l'équipe Drainville», dont faisait partie le député de Jonquière, et «l'équipe PKP».

«Faire de la politique, c'est de pouvoir faire de l'influence à l'interne. Nous avons eu des discussions pour que l'économie verte fasse partie du programme de Pierre Karl. Il a accepté. C'est très important pour moi et c'est en m'alliant à lui que je vais pouvoir réaliser ce projet. Ça peut avoir l'air d'une défaite (que de se rallier), mais pour nous c'est plutôt un moyen d'amener trois idées fondamentales dans le programme du prochain chef du parti.»

Dans un communiqué, Pierre Karl a vanté Sylvain Gaudreault. «La vigilance de Sylvain Gaudreault sur les enjeux environnementaux commande le respect et je compte sur sa contribution pour étayer notre engagement de sortir le Québec de sa dépendance au pétrole.»

Lock-out

Reconnu comme étant le «roi des lock-out», en outre en raison de longs conflits au Journal de Montréal, au Journal de Québec, mais aussi au Réveil à Jonquière, Pierre Karl Péladeau n'a pas la faveur du monde syndical. Sylvain Gaudreault, dont le comté est considéré comme «ouvrier», a déjà critiqué PKP pour ses décisions alors qu'il était à la tête de Québecor. Il se dit aujourd'hui conscient que son choix de candidat pourrait surprendre bien des citoyens jonquiérois.

«J'en suis extrêmement conscient. J'ai d'ailleurs eu une excellente conversation avec Pierre Karl Péladeau; il est disposé à venir rencontrer les travailleurs et les syndiqués pour discuter avec eux. (...) Le nationalisme économique est très important pour Pierre Karl. Il l'est aussi pour nous, dans la région. Protéger nos entreprises est une priorité. Lorsque l'on voit que les décisions de Rio Tinto Alcan sont prises à Londres, par exemple, on le constate.»

Sylvain Gaudreault est reconnu pour être proche de Véronique Hivon, qui appuie Cloutier. «Ce qui est moins connu, c'est que je suis aussi très proche de Nicolas Marceau, qui est dans l'équipe de Pierre Karl. Avant que je choisisse Bernard, Nicolas m'avait demandé d'aller travailler avec eux. La décision n'avait pas été facile.»

Le député jonquiérois est toutefois positif envers le Jeannois. «Je trouve qu'Alexandre fait une excellente campagne. Il m'impressionne.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer