Économies d'énergie

Les sites isolés profitent d'une nouvelle expertise

Les propriétaires de pourvoiries auraient intérêt à porter... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Les propriétaires de pourvoiries auraient intérêt à porter une attention particulière à l'optimisation de leur consommation d'énergie puisque des économies importantes peuvent être réalisées.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Pour les sites isolés comme les pourvoiries et les camps forestiers, la consommation d'énergie sous différentes formes représente le second poste budgétaire le plus important après la main-d'oeuvre. Pourtant, les propriétaires de ces installations auraient intérêt à porter une attention particulière à l'optimisation de leur consommation puisque des économies importantes peuvent être réalisées.

C'est pourquoi, depuis deux ans, quatre techniciens et chercheurs de la Chaire de recherche sur les technologies des énergies renouvelables et du rendement énergétique (TERRE) ont mis au point un nouveau champ d'expertise en créant un nouvel outil d'analyse hybride d'aide à la décision.

Martin Bourbonnais, titulaire de la chaire, mentionne que cette expertise a été développée en collaboration avec les pourvoiries Clauparo et Monts-Valin et la Fédération québécoise des pourvoiries qui regroupe 600 membres. Selon lui, dans la région, 29 des 30 pourvoiries ne sont pas alimentées en électricité par Hydro-Québec. L'électricité produite par des génératrices à essence ou diesel, les panneaux solaires avec batteries, le propane et le chauffage au bois constituent plusieurs moyens énergétiques utilisés dans les chalets et bâtiments principaux.

Portrait

La première question qu'il fallait se poser, selon M. Bourbonnais, était de savoir si ces modes de production d'énergie sont utilisés efficacement et de façon optimum en fonction des besoins afin d'éviter le gaspillage. Dès cette étape, M. Bourbonnais conseille sur le champ d'éliminer toutes plinthes de chauffage électrique, grille-pains rotatifs, ampoules incandescentes et autres pièces qui sont de grandes sources de gaspillage.

La première démarche a consisté à tracer un portrait énergétique du matériel utilisé sur place comme le nombre de watts des ampoules électriques, plinthes électriques, appareils de cuisson au propane, un exercice relativement simple, mais incomplet, selon M. Bourbonnais. Le défi consistait à mesurer la consommation d'énergie en fonction du taux d'occupation de chalets et des autres bâtiments. «Pour y arriver, notre première démarche a été de mesurer la consommation d'énergie en temps réel avec le système Efergy installé à la sortie du panneau électrique. Le bilan incluait le nombre de cordes de bois consommé, de litres de propane et d'essence brûlés, etc.

Toutes les données obtenues pendant la saison d'activités 2014 ont été traitées avec le logiciel Homer Energy, un outil qui permet d'établir quels sont les meilleurs scénarios d'optimisation.

Résultats impressionnants

Les données recueillies dans l'une des pourvoiries ont démontré que le prix de l'électricité produite se situe à 1,83 du kilowatt, ce qui est considéré comme extrêmement élevé. Il en résulte une facture annuelle de 136 873$.

Après analyse, il a été déterminé que l'application de certaines mesures nécessitant un investissement d'environ 40 000$ abaisserait considérablement la facture annuelle pour la production d'électricité à 50 300$, ce qui permettrait un retour sur investissements en six ans. L'ajout d'un système de démarrage automatisé pour hausser la capacité nominale de la génératrice, le remplacement d'ampoules incandescentes par des LED, la mise en place de modules photovoltaïques d'une capacité de 5 kw, d'une microturbine hydroélectrique constituent des exemples de mesures proposées. Un autre aspect intéressant du nouvel outil, selon M. Bourbonnais, est que les propriétaires de pourvoirie sont capables de mesurer leur empreinte énergétique et d'émissions de gaz à effets de serre.

À partir du rapport déposé en mars dernier, les chercheurs de TERRE devront valider au cours de l'été qui approche les résultats en fonction des scénarios choisis par les propriétaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer