Transformation de l'aluminium

Arthur Gobeil réitère sa confiance

Arthur Gobeil était l'invité du Cercle de presse... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Arthur Gobeil était l'invité du Cercle de presse du Saguenay hier.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré une reprise économique qui tarde à se manifester, Arthur Gobeil ne perd pas espoir. Selon lui, le Saguenay-Lac-Saint-Jean demeure une terre d'accueil de choix pour les équipementiers et autres entreprises qui souhaitent s'épanouir dans la transformation de l'aluminium.

En 2014, on a répertorié 2529 emplois directement rattachés à la transformation du métal gris, 103 de moins que l'année précédente. Président de la Société de la Vallée de l'aluminium, Arthur Gobeil reconnaît que ce bilan négatif est le portrait d'une industrie qui avance au ralenti. Néanmoins, il croit dur comme fer que les efforts déployés en cette période difficile porteront fruit avant longtemps.

Invité du Cercle de presse du Saguenay hier, le comptable de carrière réitère notamment sa foi à l'égard du marché de l'automobile.

Avec l'effervescence engendrée par Ford et sa nouvelle camionnette F-150, dont la boîte est conçue d'aluminium, les carnets de commandes de certaines compagnies spécialisées dans le laminage débordent. Le président de la SVA considère que cette situation ouvre la porte aux entreprises de moindre envergure qui aimeraient s'illustrer dans des marchés plus pointus.

«Les grands laminoirs ont signé des contrats de dizaines d'années. La conséquence est qu'ils se débarrassent de leurs petits clients», indique-t-il.

En Amérique du Nord, le marché des produits laminés est de 4 millions de tonnes. De cette quantité, on estime à 500 000 tonnes le volume d'aluminium dédié aux pièces de niche.

À l'assaut du monde

Arthur Gobeil affirme par ailleurs que la région, comme le Québec tout entier, doit sortir de son cocon et prendre sa place sur l'échiquier mondial de l'aluminium. C'est dans cet esprit que la SVA a mis sur pied, au printemps 2014, une mission regroupant six équipementiers du Saguenay-Lac-Saint-Jean susceptibles de s'affirmer au Moyen-Orient.

Épaulé par Québec et Ottawa, la démarche avait pour objectif de se doter d'une place d'affaires commune dans cette partie du globe, où les usines d'électrolyse se multiplient. Les résultats obtenus jusqu'ici sont très positifs, soutient Arthur Gobeil. En ce sens, il confirme qu'un mémorandum d'entente sera bientôt officialisé afin de reconduire le projet.

Selon Arthur Gobeil, ce type d'initiative doit être appliquée à un éventail plus large d'entreprises, dans d'autres créneaux, dans différentes parties de la planète. Notamment, il prend pour exemple les États-Unis, où l'économie est en plein essor.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer