La solution de Bernard Drainville aux problèmes des régions

Miser sur des fonds de développement

Candidat à la chefferie du Parti québécois, Bernard... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Candidat à la chefferie du Parti québécois, Bernard Drainville a prolongé son séjour dans la région pour rencontrer les militants et expliquer le programme politique qu'il entend mettre en oeuvre.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Candidat à la chefferie du Parti québécois, Bernard Drainville propose de doter les régions de fonds de développement adéquats pour être en mesure d'orienter leur développement économique et de faire des choix stratégiques en fonction de leur réalité tout en ramenant les grands organismes de concertation.

Bernard Drainville a prolongé son séjour dans la région pour rencontrer les militants et expliquer le programme politique qu'il entend mettre en oeuvre si les souverainistes le choisissent pour remplacer Pauline Marois. Le député de Marie-Victorin a franchi 60 000 kilomètres depuis le début de la campagne à la direction et estime avoir bien à l'esprit les problèmes des régions du Québec et surtout le climat d'inquiétude qui a un effet désastreux sur l'économie.

«Philippe Couillard n'a jamais dit qu'il allait faire disparaître les organismes de concertation comme il le fait. C'est une grande opération de centralisation comme on a jamais vu au Québec et elle est l'oeuvre d'un député du Saguenay-Lac-Saint-Jean», tranche le candidat Drainville sous le regard approbateur de son lieutenant et député de Jonquière, Sylvain Gaudreault.

«Si nous voulons donner aux régions la possibilité de se développer, il faut leur en donner les moyens. Nous allons donc proposer de créer des fonds de développement économique financés à même les redevances sur les ressources naturelles. Les gens doivent avoir la possibilité de décider ce qui est bon pour eux.»

Dans une vision économique plus spécifique pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Bernard Drainville propose un accompagnement de l'État pour la modernisation de tout le secteur des pâtes et papiers et indirectement de la forêt. L'État jouera un rôle central dans ce domaine à la condition que cette transformation s'oriente vers l'avenir.

«Il faut que nous nous tournions vers une nouvelle utilisation de la fibre de bois. Vers des produits plus verts», tranche Bernard Drainville. Sylvain Gaudreualt ajoute avec l'appui de son candidat que ce virage industriel doit être réalisé pour la création d'emplois durables qui seront encore plus verts avec l'utilisation d'une énergie renouvelable comme levier.

Bernard Drainville signale qu'il est le premier candidat à la direction du PQ à faire état d'un véritable projet de développement économique pour les régions du Québec dans le respect des intervenants locaux. Le contraire de ce que le gouvernement libéral est en train de faire avec la centralisation dans à peu près tous les grands rôles de l'État, y incluant la santé qui fait disparaître des hôpitaux au profit d'une grande structure.

Bernard Drainville a souligné au passage que le grand projet de développement économique du gouvernement libéral dans le Plan Nord n'avait rien de réjouissant. Il cite le dernier budget Couillard dont les tableaux indiquent que Québec n'investira pas un seul dollar dans le Plan Nord d'ici 2020.

Le député de Maire-Victorin demande de plus au gouvernement du Québec d'accorder aux employés de l'État un certain répit dans la politique d'austérité en accordant des augmentations de salaire qui couvrent l'inflation. Selon Bernard Drainville, cette politique d'austérité est un autre facteur qui appauvrit les régions et en même temps les 500 000 employés de l'État.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer