Course à la direction du PQ: les régions au coeur des échanges

De passage dans la région, il était bien... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

De passage dans la région, il était bien difficile pour les candidats d'ignorer le développement régional. Alexandre Cloutier, Bernard Drainville, Pierre Céré, Martine Ouellet et Pierre Karl Péladeau y sont allés de leurs propositions.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le développement des régions a été au coeur des échanges des cinq candidats à la chefferie du Parti québécois, hier après-midi, à la Salle François-Brassard du Cégep de Jonquière, lors d'un débat non officiel. Les 900 militants gonflés à bloc ont réservé l'accueil le plus chaleureux et les applaudissements les plus nourris au député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier.

De passage dans la région, il était bien difficile pour les candidats d'ignorer le développement régional. Alexandre Cloutier, Bernard Drainville, Pierre Céré, Martine Ouellet et Pierre Karl Péladeau y sont allés de leurs propositions.

« Un des défis que nous avons dans chacune des régions du Québec, c'est le vieillissement de la population. Il faut absolument réussir le défi de la démographie. [...] Ce n'est pas normal que l'on construise des nouveaux complexes dans des cégeps en banlieue de Montréal alors que les cégeps d'Alma, de Saint-Félicien et de Gaspé sont à moitié remplis. Ce que l'on veut, ce sont des jeunes qui se déploient sur l'ensemble du territoire québécois. J'ai proposé avec Léo Bureau-Blouin un engagement civique. Savez-vous qu'il y a 200 000 jeunes actuellement, au Québec, qui sont ni à l'emploi ni à l'école. S'il y avait un engagement civique de six mois, ça permettrait à nos jeunes de se déployer sur tout le territoire, de la Gaspésie au Nord-du-Québec, incluant la grande région de Montréal. »

« Je souhaite également qu'on rembourse les frais de scolarité pour tous les jeunes qui vont décider de s'établir dans les régions du Québec, pour fonder leur famille », a déclaré Alexandre Cloutier, ajoutant que les jeunes doivent cependant avoir accès à des infrastructures de qualité comme la téléphonie cellulaire et Internet haute vitesse.

De son côté, le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, a dénoncé le travail de démolition des régions actuellement effectué par le Parti libéral du Québec, faisant référence à la disparition des outils de concertation et de développement régional.

« Je m'engage à recréer une instance de concertation régionale, une table autour de laquelle vous allez pouvoir vous asseoir, vous parler, vous comprendre, décider ce qui est bon pour votre région. La concertation sans l'argent, ce n'est pas de la concertation. Alors je vous propose de créer un Fonds de développement économique pour chaque région du Québec qui va vous donner les moyens, justement, de la financer votre concertation. Un fonds qui va être financé avec des recettes autonomes, notamment à partir des revenus tirés de l'exploitation des ressources naturelles sur votre territoire. Un fonds des régions géré entièrement par les régions, pour les régions, pour que vous puissiez protéger votre intérêt régional et votre réalité régionale. »

Le député de Saint-Jérôme, Pierre Karl Péladeau, a quant à lui accusé les libéraux d'abandonner les régions. « J'ai cette intime conviction que le développement régional passe par le monde des régions. Les entreprises régionales, les travailleurs de la région, les instituions de la région. Les gens veulent travailler dans leur région. Nous sommes impressionnés par la stabilité et la qualité de la main-d'oeuvre. C'est un atout sur lequel nous devons bâtir. Il faut se donner les outils pour développer les emplois en région. »

De son côté, Pierre Céré a rappelé le taux de chômage élevé dans les régions ressources du Québec. Il a proposé une politique nationale de transformation des matières premières et, surtout, la transformation de ces matières premières dans les régions. « L'État québécois doit soutenir massivement la mise en place d'une industrie manufacturière dans nos régions », a-t-il ajouté.

Martine Ouellet a quant à elle rappelé l'importance de l'information régionale. « Si on veut un Québec fort, ça prend des régions fortes. Et pour avoir des régions fortes, je propose de mettre en place de l'information régionale, parce qu'il y a des médias privés qui se sont désengagés, Radio-Canada s'est désengagée. Je propose de mettre en place des bureaux régionaux d'information avec Télé-Québec information, un réseau panquébécois avec de l'information en continu », a avancé la représentante de la circonscription de Vachon.

Le troisième débat officiel de la course à la chefferie du PQ aura lieu jeudi, à Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer