Des relations plus pondérées

Le président et chef de la direction de... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le président et chef de la direction de Forest Stewardship Council (FSC), François Dufresne, met en demeure Résolu et son président, Richard Garneau, de cesser immédiatement ses activités discriminatoires contre le FSC et de prendre les mesures correctives et préventives appropriées afin d'assurer le respect de tous les statuts de FSC et des exigences reliées à la politique d'association et de membership.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le conseil d'administration de l'organisme de certification FSC international a jugé nécessaire de publier un communiqué aux quatre coins de la planète pour annoncer que des signes positifs émanaient du Canada alors que le géant mondial du papier, Produits forestiers Résolu (PFR), a démontré son intention de récupérer les certificats suspendus.

Ce communiqué confirme l'importance sur la scène internationale du dossier canadien de Résolu et surtout calme le jeu sur les grands marchés afin de permettre aux principaux interlocuteurs dans les dossiers problématiques du Québec et de l'Ontario de mener les discussions nécessaires à la récupération des certificats.

«Le Conseil a réagi au rapport d'une réunion entre les chefs de la direction de FSC International et PFR, tenue à la fin de mars, pour tenter de résoudre les problèmes actuels autour de la suspension des certificats FSC. Les représentants de FSC ont déclaré que la réunion avec la haute direction de PFR a été constructive, et ont noté l'engagement continu de Résolu pour soutenir la crédibilité et la réputation de FSC. Les deux parties ont convenu de continuer à travailler ensemble pour ouvrir la voie à la restauration des certificats actuellement suspendus», précise le communiqué.

Débat houleux

La suspension ainsi que la révocation de certification de la norme FSC chez Résolu a donné lieu à un débat houleux entre la papetière et FSC. Sur le terrain, des éléments donnaient la perception que Résolu n'avait pas reçu un traitement équitable de la part de l'auditeur, Rainforest Alliance. Il est de plus ressorti clairement que la plainte des Cris par rapport aux certifications "Lac-Saint-Jean" ne relevait pas de la papetière, mais bien de la responsabilité du gouvernement du Québec.

«La réunion a eu lieu à la suite de la publication d'une lettre ouverte, le 16 mars 2015, dans laquelle FSC demandait à Résolu de mettre fin aux activités discriminatoires contre FSC ainsi que de prendre des mesures correctives et préventives appropriées. Ces mesures, en ce qui concerne les exigences de FSC, sont décrites dans ses statuts, les critères d'adhésion et la politique de l'Association.

La lettre a été envoyée à Résolu en réponse à ses attaques publiques répétées sur la gestion et les politiques de FSC, suite à la suspension de trois certificats», précise le communiqué.

En ce moment, Résolu doit composer avec deux certificats suspendus au Québec et en Ontario et deux certificats qui sont arrivés à terme dans les deux provinces. Des discussions ont débuté en Ontario pour l'un des deux certificats et FSC s'attend à ce que Résolu débute la démarche avec l'auditeur Rainforest Alliance pour le certificat "Lac-Saint-Jean", dont la suspension découle de la plainte des Cris.

Un partenaire important

Le président de FSC Canada, l'ingénieur François Dufresne, réitère qu'il est très important pour FSC que Résolu récupère la certification. À titre de joueur majeur de l'industrie au Canada, l'organisme de certification verrait le nombre d'hectares frappés de cette norme fondre comme neige au soleil si jamais Résolu n'était pas en mesure de s'entendre avec l'auditeur. Les quatre certificats suspendus et révoqués représentent 9 millions d'hectares sur les 55 millions certifiés FSC à la grandeur du pays.

«C'est toujours notre volonté que PFR soit un chef de file mondial pour la certification FSC. Aujourd'hui, ce sont les grands clients qui demandent cette norme. Nous travaillons donc à ce qu'il y ait des discussions pour trouver des solutions», a déclaré François Dufresne.

Ce denier n'a pas commenté l'état des discussions entre les représentants du Grand conseil des Cris et Québec, représenté par Me Lucien Bouchard.

FSC Canada est intervenu au tout début pour informer le négociateur gouvernemental des faits reliés au litige, sans plus. «De ce que nous entendons, c'est que les discussions progressent», s'est contenté de dire François Dufresne, qui désapprouve les campagnes menées auprès des clients des entreprises forestières comme solution aux problèmes de certification.

FSC International a tenu à ce que Résolu, en tant que membre de FSC, cesse toute attaque sur la place publique. L'organisme ne fait toutefois pas état dans son communiqué d'une intervention auprès de Greenpeace. Membre de la chambre environnementale, Greenpeace cause ainsi des préjudices à Résolu, qui est aussi un membre de l'organisme de certification.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer