Le Plan bien accueilli par l'UMQ

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) accueille favorablement... (Photo PC)

Agrandir

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) accueille favorablement la nouvelle mouture du Plan Nord dévoilée par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) accueille favorablement la nouvelle mouture du Plan Nord dévoilée par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

«Les priorités d'action du gouvernement vont dans le sens des propositions formulées par l'UMQ pour soutenir les municipalités au nord du 49e parallèle, notamment en matière de mise à niveau des infrastructures municipales et de l'offre de logement. C'est une bonne nouvelle pour les communautés nordiques et pour le Québec», a soutenu la présidente de l'UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy.

Pour l'UMQ, le soutien annoncé pour certaines filières-clés dans le domaine des ressources naturelles, particulièrement dans le secteur forestier, ainsi que la volonté de miser davantage sur le développement d'énergies renouvelables dans le cadre de la future politique énergétique, constituent également de bonnes nouvelles.

L'UMQ profite de l'occasion pour réitérer sa proposition au gouvernement de mettre sur pied un fonds pour la diversification économique des communautés. La voix des gouvernements de proximité.

La SNAP Québec et Nature Québec accueillent favorablement les objectifs de conservation inclus dans la nouvelle mouture du Plan Nord. Ces objectifs permettraient au Québec d'atteindre les cibles internationales fixées à Nagoya dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique.

Présent à l'annonce en tant que membre de l'Assemblée des partenaires, le directeur général de la SNAP Québec, Patrick Nadeau, a tenu à souligner l'ampleur des objectifs de conservation reconduits dans le Plan Nord - soit la création de 20% d'aires protégées d'ici 2020, ainsi que la préservation de 50% du territoire nordique de l'activité industrielle. «Nous saluons ces engagements et nous espérons qu'ils permettront de protéger les écosystèmes les plus sensibles et les plus remarquables de cet immense territoire, en collaboration avec les communautés concernées. À ce titre, la création de grandes aires protégées pour le caribou en forêt boréale doit être identifiée comme une priorité.» Nature Québec et la SNAP Québec saluent par ailleurs l'annonce faite aujourd'hui de la création officielle du parc Ulittaniujalik ainsi que celle, prochainement, d'une nouvelle aire protégée: la rivière Kovik au Nunavik.

Changements climatiques, espèces en déclin, territoires à protéger: les défis environnementaux dans le Nord sont nombreux, et ceux-ci risquent de s'accentuer avec le boom industriel que souhaite susciter le Plan Nord. «Des investissements significatifs sont nécessaires pour planifier ce territoire et déterminer les secteurs à conserver. Présentement, on est loin du compte quand on constate que les équipes de rétablissement des espèces menacées sont suspendues depuis l'an dernier alors qu'elles avaient un budget de 10 000 dollars chacune», illustre Patrick Nadeau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer