Coopérative de solidarité Les Artisans paysans

Ramener les gens à la ferme

Amira Fortin, trésorière, et Pierre-Olivier Brassard, vice-président de... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Amira Fortin, trésorière, et Pierre-Olivier Brassard, vice-président de la coopérative de solidarité Les Artisans paysans. La coopérative, fondée cet automne, reprend la production maraîchère des Fermes Solidar.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Acheter chaque semaine pendant la belle saison un panier de légumes biologiques à un fermier local est un concept de plus en plus populaire. La coopérative de solidarité Les Artisans paysans de Chicoutimi souhaite faire de ce passage hebdomadaire à la ferme une occasion d'échanges en proposant aux acheteurs de choisir eux-mêmes leurs légumes plutôt que d'obtenir des paniers déjà remplis.

Les légumes sont cultivés sur les terres de la Congrégation des soeurs du Bon Conseil de Chicoutimi exploitées par les Fermes Solidar, un organisme à but non lucratif d'économie sociale. La production maraîchère des Fermes Solidar est assumée cette année par Les Artisans paysans, une coopérative de solidarité fondée cet automne.

« Solidar souhaitait délaisser la production maraîchère. Nous avons alors décidé de la reprendre en fondant la coopérative et en établissant un partenariat avec Solidar », explique le vice-président de l'organisation, Pierre-Olivier Brassard, rencontré sur les terres de la ferme par le Quotidien avec Amira Fortin, trésorière de la coopérative.

Deux autres membres travailleurs, Pierre-Soleil Dion et Olivier Tremblay, font partie de la coopérative, qui est aussi constituée de membres utilisateurs et de membres de soutien.

Kiosque

Les jeunes agriculteurs souhaitent favoriser les échanges avec les personnes qui auront réservé un panier de légumes biologiques (voir encadré pour fonctionnement).

« Avant, dans les trois dernières années, un sac déjà fait était donné aux gens. Nous aurons cette année un kiosque, où les légumes seront en vrac dans différents paniers. Le nombre de légumes que chaque personne peut prendre par panier sera indiqué », explique Amira Fortin.

Un « panier d'échange » sera aussi mis à la disposition des clients, s'ils souhaitent par exemple troquer une aubergine pour avoir davantage de tomates.

« Notre but est de ramener les gens à la ferme, en créant des liens de communauté pour s'éloigner du modèle industriel de l'alimentation. Nous voulons une mise en marché qui prône la souveraineté alimentaire par le peuple et pour le peuple. Se nourrir, c'est voter trois fois par jour », soutient M. Brassard, qui souligne que la coopérative a plusieurs projets en vue.

Légumes ancestraux

Ce sera aussi une occasion pour les agriculteurs de proposer des recettes ou de faire découvrir aux acheteurs certains légumes qu'on ne retrouve pas dans les supermarchés.

« Nous avons énormément de variétés, et notre principal critère est le goût. Par exemple, nous aurons des tomates ancestrales, aux formes différentes de celles qu'on retrouve en épicerie, ou encore des tomates vertes, mais qui sont vraiment plus goûteuses », ajoute le jeune agriculteur.

Différents événements et activités seront aussi organisés tout l'été pour inviter les familles sur la ferme et renforcer la communauté que les agriculteurs souhaitent créer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer