État pitoyable des infrastructures du Bec-Scie

Un groupe d'utilisateurs somme la Ville d'agir

Le chalet du Bec-Scie a été fermé pendant... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Le chalet du Bec-Scie a été fermé pendant toute la saison parce que les infrastructures présentaient un danger pour la population. Des installations de fortune ont accueilli les visiteurs.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Des utilisateurs du centre plein air Bec-Scie attendent impatiemment la construction de nouvelles infrastructures d'accueil et somment la Ville d'amorcer les travaux dès cet été. De plus, le groupe se dit insatisfait d'un projet récemment présenté dans les médias, puisqu'il le juge inadéquat pour les besoins du centre fréquenté par de nombreux visiteurs.

Dans une lettre acheminée au Progrès-Dimanche, la porte-parole d'une vingtaine de membres demande aux élus de La Baie de faire le nécessaire pour que le Bec-Scie redevienne une fierté pour Saguenay et pour l'ensemble de la région. Les adeptes de plein air estiment que le site est actuellement dans un état pitoyable et qu'il représente une véritable honte au plan touristique.

«Des installations de fortune, un service d'accueil minimaliste et des employés isolés, coupés des services, même sanitaires, voilà à quoi ressemblait le centre Bec-Scie en 2014-2015. À leur descente, les croisiéristes sont accueillis dans un pavillon ultra-moderne. Toutefois, quand la clientèle internationale visite le Bec-Scie dans le cadre des activités Okwari aventures, elle est confrontée à une réalité désolante», dénonce Estelle Laporte. La signataire ajoute que l'impact sera majeur sur le taux de fréquentation, puisque la clientèle, «rebutée par des installations aussi bancales», préfère attendre la construction d'un nouveau pavillon.

Annonce

Le 17 mars dernier, le maire Jean Tremblay et la conseillère Martine Gauthier ont annoncé, à la Une du journal Le Courrier du Fjord, que la Ville investirait 1,4 million $ pour la construction d'un nouveau chalet, dont l'ouverture est prévue à l'automne 2016. Le projet sera entièrement financé par la Ville. Les utilisateurs mettent en doute la pertinence du projet présenté. Il y a quelques années, la refonte du chalet du Bec-Scie était évaluée à environ 4,2 millions $. En 2011, l'organisme mandataire, Contact nature Rivière-à-Mars, évaluait le projet à 3,2 millions $.

Les élus de La Baie avaient décidé, lors de l'adoption du dernier plan triennal d'immobilisations, de réserver 259 000$ pour le chalet du Bec-Scie. La Ville devait participer financièrement et un montant de 600 000$ était attendu de la part du gouvernement du Québec.

Surprise

La sortie médiatique du maire et de Martine Gauthier a surpris le groupe d'utilisateurs du Bec-Scie.

«La maquette n'est pas du tout conforme. Ça correspond aux esquisses d'il y a sept ou huit ans. L'annonce n'a pas du tout calmé la population et le milieu baieriverain est en alerte et mobilisé. Le montant de 1,4 million $ nous taraude. Comment se fait-il que ça ait baissé comme ça? Dans quoi vont-ils couper?», se questionne Estelle Laporte, qui croit que le projet a été annoncé dans la hâte pour faire taire la grogne.

«On nous a envoyé un os», dit-elle.

Si la Ville ne montre pas de signe de vouloir réaliser un projet adéquat dans les plus brefs délais, Estelle Laporte et son groupe n'excluent pas la possibilité de faire circuler une pétition réclamant des investissements et un échéancier acceptables.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer