Propriétaire du Temaki Sushi Bar

Michael Tremblay sortira son camion le 10 avril

Michael Tremblay, chef-propriétaire du restaurant Temaki Sushi Bar... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Michael Tremblay, chef-propriétaire du restaurant Temaki Sushi Bar présentait hier soir son camion de cuisine de rue lors du Salon du terroir et des produits régionaux.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

N'en déplaise à ses voisins restaurateurs, Michael Tremblay, chef-propriétaire du restaurant Temaki Sushi Bar procédera le 10 avril au lancement officiel de son nouveau camion de cuisine de rue sur la rue Racine.

Le restaurateur a diffusé hier sur Twitter et Facebook la résolution de l'Association des centres-villes de Chicoutimi demandant l'interdiction des camions de cuisine de rue.

Celui qui possède un restaurant sur la rue Racine depuis maintenant neuf ans ne comprend pas l'opposition des autres restaurateurs aux camions de cuisine de rue.

« Ils devraient laisser le monde faire du commerce, laisse-t-il tomber, à l'occasion d'un entretien téléphonique. C'est avoir une petite vision du développement de la rue Racine. [...] S'il y a une baisse dans la restauration, c'est peut-être que les gens sont tannés de ce type de restauration traditionnelle. »

Michael Tremblay estime que son camion de rue, qu'il vient d'acquérir au coût de quelque 65 000 $, attirera une clientèle différente de celle des restaurants de la rue Racine.

« Si quelqu'un a 15 $ pour dîner, il n'ira pas dans les restaurants avec un long service et un repas complet, estime-t-il. C'est un autre type de restauration et un autre type de clientèle. »

Le restaurateur présentait hier soir pour la première fois son camion de cuisine de rue lors du Salon du terroir et des produits régionaux qui se déroulait à la Saguenéenne. Le lancement officiel se fera le 10 avril, en face de son restaurant, à l'occasion d'un événement alliant produits asiatiques et sirop d'érable.

Le restaurateur affirme que Saguenay reçoit positivement son projet. « Il n'y aucun refus, ils sont très ouverts, souligne-t-il. Je dois avoir une rencontre prochainement. Il ne reste qu'à fixer ce que je devrai payer à la municipalité, que ce soit un permis ou une location d'espace de stationnement, par exemple. »

Il considère que son camion de cuisine de rue est aussi légitime que les terrasses installées l'été par les autres restaurateurs. « Ils louent les espaces de stationnement et augmentent leur superficie pour avoir plus de clientèle », pointe-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer