En tournage jusqu'à mercredi

Alma vedette de Série noire

Série Noire raconte l'histoire de Denis et Patrick... ((Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens))

Agrandir

Série Noire raconte l'histoire de Denis et Patrick (François Létourneau et Vincent-Guillaume Otis), deux scénaristes au bout du rouleau qui vivent une foule d'aventures rocambolesques pendant l'écriture d'une série juridicopolicière.

(Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

L'équipe de Série Noire tourne pour la première fois à l'extérieur de la grande région de Montréal. Et c'est à Alma que les quelque 40 comédiens, techniciens et réalisateur filmeront des scènes de la deuxième saison de cette comédie dramatique plusieurs fois primée.

En plus du bar de danseuses Le Casino, l'équipe fera un saut au restaurant-bar Le Crapaud et à certains endroits dans la ville jusqu'à mercredi.

« C'est la première fois et la seule fois qu'on sortira de Montréal. C'est d'ailleurs assez rare qu'une série se le permette. Car c'est plus coûteux. Mais dans l'histoire, à la fin de la première saison, le personnage de Charlène retourne à Alma. On s'était donc dit que ça serait intéressant de venir ici, car on voulait que Charlène revienne dans l'histoire », explique François Létourneau, coscénariste et comédien.

« C'était difficile de venir ici pour des raisons budgétaires. Mais on a tout fait pour que le tournage puisse se faire à Alma. Parce que pour moi, l'authenticité, c'est important. Je ne voulais pas, par respect pour les gens d'Alma, tourner dans une ville qui pouvait lui ressembler et dire que c'est Alma. Car moi, ça m'affecte beaucoup lorsque j'écoute des films où on prétend que c'est dans une certaine ville et que ce n'est pas vrai. On a donc réussi avec la production à faire de la place dans le budget pour venir ici », ajoute Jean-François Rivard, réalisateur et coscénariste de cette comédie dramatique.

Pourquoi Alma?

« On voulait d'abord que ça soit loin. Moi, ma mère demeure à Chicoutimi-Nord. Donc je connais bien la région. Mais on aurait pu aller à Trois-Rivières. Alma est sorti naturellement », raconte François Letourneau, fils de l'ex-vice-rectrice à l'enseignement et à la recherche de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Francine Belle-Isle.

L'équipe en est à mi-tournage et c'est au Lac-Saint-Jean que les dernières scènes extérieures seront filmées. Le réalisateur a eu une petite surprise en arrivant dans la région, hier.

« Je m'attendais à plus de neige. On se disait que les scènes au Lac-Saint-Jean pouvaient attendre à la fin, car on pensait qu'il y aurait plus de neige. Je dois avouer que je pensais que ça allait être plus blanc », soupire Jean-François Rivard, qui a tout de même réussi à faire transporter de la neige sur un des lieux de tournage à Alma.

Parce que l'histoire prend place en hiver. Et imager cette saison qui caractérise si bien le Québec, c'était une priorité pour le réalisateur.

« La série est en corrélation avec la température. On ne voit pas beaucoup de séries l'hiver. Et je trouve ça important, parce que ça fait partie de nous. On voit toujours des séries où l'on ne reconnaît pas la saison. C'est ce qu'on appelle la cinquième saison. Est-ce que c'est l'été ou l'automne? Il fait beau, mais ils ont des manteaux », décrit le réalisateur.

Mais cette année plus que jamais, l'équipe a goûté au véritable froid hivernal.

« C'était difficile pour tout le monde, toute l'équipe. C'était le mois de février le plus froid depuis 115 ans. Ça fait de belles images. Au final, ça sera magnifique. Mais il faut souffrir pour être beau », lance Vincent-Guillaume Otis, qui incarne Patrick Bouchard, l'un de deux personnages principaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer