Bibliothèque de Jonquière

L'Érudit café, concept novateur

Michaël Boily opérera avec son cousin Rémi Villeneuve... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Michaël Boily opérera avec son cousin Rémi Villeneuve L'Érudit Café qui occupera l'espace bistrot aménagé par Saguenay dans la bibliothèque de Jonquière.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les usagers de la bibliothèque de Jonquière pourront bientôt consulter un livre en sirotant un café ou un thé accompagné d'une pâtisserie, le tout acheté sur place. L'Érudit café occupera l'espace bistrot que Saguenay tentait de combler en vain depuis l'ouverture de la nouvelle bibliothèque.

Michaël Boily et son cousin, Rémi Villeneuve, ont sauté sur l'occasion lorsqu'ils ont vu passer un appel d'offres pour combler l'espace bistrot de la bibliothèque aménagé lors de la construction de l'édifice.

« Quand j'ai rencontré la Ville, il y a sept mois, j'ai été étonné d'apprendre que personne n'avait jamais soumissionné pour occuper l'endroit », raconte Michaël Boily, rencontré récemment sur les lieux de son futur café qui doit ouvrir ses portes entre la mi-avril et le début du mois de mai.

La conseillère du secteur, Sylvie Gaudreault, estime que la nouveauté du projet a pu en intimider certains. « C'est un concept novateur et un beau défi, mais on n'est pas capable de se fier sur l'expérience d'autres bibliothèques pour les chiffres et l'achalandage, car c'est la première fois que nous avons un café dans une bibliothèque à Saguenay », commente-t-elle.

Le café sera situé à gauche de l'entrée principale de la bibliothèque. Une porte sera d'ailleurs aménagée par Saguenay pour permettre un accès direct au café depuis l'extérieur. Le café comptera une trentaine de places assises, ainsi qu'une terrasse pendant la belle saison.

Le jeune homme a effectué un retour en région il y a quelques années pour ouvrir la boutique HOMIES, située sur la rue Saint-Dominique. Celui qui a représenté différentes compagnies de planches à roulettes et de surf à travers le monde avant de revenir dans son patelin souhaite transporter ses clients dans son univers.

« Le local va être peint presque entièrement en noir, il y aura des oeuvres d'art affichées, des planches de skate, de snow ou de surf », explique celui qui s'est découvert une passion pour le café au fil de ses voyages.

Michaël Boily, d'un naturel visiblement décontracté, ne peut toutefois pas cacher un certain stress à quelques semaines de l'ouverture. Il espère que le café saura plaire aux passants de la rue Saint-Dominique, aux usagers de la bibliothèque, et qu'il deviendra un repère pour les étudiants.

Produits

L'Érudit café servira principalement, sans étonnement, du café spécialisé. Pour ses autres produits, thés (dont certains sans caféine, pour enfants), pâtisseries et autres, il fera affaire avec des commerçants locaux.

« Mon but n'est pas de faire compétition aux autres, mais de mettre en valeur leurs produits, indique-t-il. Si on n'encourage pas entre nous nos commerçants et nos produits régionaux, qui va le faire? »

Il faut dire que les opérateurs du café ne pourront rien cuisiner sur place, une exigence imposée par Saguenay, pour éviter que les odeurs n'importunent les usagers de la bibliothèque.

Michaël Boily, qui dit être un passionné de lecture, dévore 400 pages par jour. Il compte aussi fonder un club de lecture associé à son café qui tiendra différentes activités thématiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer