La page se tourne pour les CSSS

Un simple chapitre à ChicoutimiSi le conseil d'administration du CSSS de... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Un simple chapitre à Chicoutimi
Si le conseil d'administration du CSSS de Jonquière vit avec douleur et tristesse la fin de son règne, celui de Chicoutimi semble voir le tout avec philosophie. L'établissement a tenu son dernier CA mercredi, avant la mise en place du futur Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSS).

Au terme de la rencontre, la présidente du conseil d'administration, Joan Simard, a déclaré : «Aujourd'hui, ce n'est pas un livre qui se ferme, mais bien la page d'un nouveau chapitre qui se tourne».

En entrevue téléphonique, elle a rappelé les grandes réalisations de son organisation, notamment la consolidation de la mission universitaire du centre de santé, le développement de la culture LEAN et la confirmation, par le Bureau des normes du Québec, du statut «Entreprise en santé». Même si le dossier d'implantation d'une maison de naissances connaît du retard, la mise en place du service sages-femmes à Chicoutimi fait partie des éléments dont Joan Simard et son équipe sont fiers.

«Même s'ils sont parfois douloureux, les changements apportent souvent de grandes possibilités d'amélioration», a opiné la présidente sortante, qui se réjouit du fait que le directeur général du CSSS, Gilles Gagnon, a obtenu le poste de PDG adjoint du nouveau CIUSSS. Joan Simard et son homologue présidente du conseil d'administration du CSSS de Jonquière, Hélène Deschênes, ont toutes deux soumis leur candidature pour faire partie du CA de la nouvelle structure régionale. Notons, en terminant, qu'il n'a pas été possible de recueillir les commentaires du président du Centre Cléophas-Claveau, Roger Bouchard. L'hôpital baieriverain a lui aussi tenu sa dernière assemblée de direction en début de semaine.

La tristesse dans l'âme à Jonquière

À quelques jours de la disparition des CSSS, la direction de l'Hôpital de Jonquière digère encore très mal l'adoption de la Loi 10 par le gouvernement du Québec, laquelle est en voie de transformer le fonctionnement du réseau de la santé.

Comme les paroles s'envolent, mais les écrits restent, la présidente du conseil d'administration, Hélène Deschênes, et le directeur général, Régis Harvey, ont cru bon de coucher sur papier l'ensemble des défis relevés par l'organisation depuis 2006. Un document a été remis à la présidente-directrice générale du nouveau Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CIUSSS), Martine Couture, la semaine dernière.

Le but de l'exercice était d'assurer une saine transition, mais Hélène Deschênes confie que les équipes de direction souhaitaient aussi mettre en relief tout le chemin parcouru au fil des ans, dans un contexte souvent difficile.

«C'était important pour nous de procéder à un exercice de réflexion en écrivant ce qu'on laisse comme organisation et ce qu'on veut qui perdure», a mis en relief la présidente. Hélène Deschênes rappelle qu'à son arrivée à la barre du CA il y a neuf ans, l'organisation était aux prises avec de nombreux problèmes, notamment en matière de relations interétablissements et dans les relations de travail. Le centre hospitalier avait également perdu son statut d'établissement agréé.

«Le gouvernement avait modifié la mission du CSSS pour en faire un centre de soins et de services ambulatoires, un mandat qui n'était pas totalement endossé par le CA. On aurait pu faire une lutte politique. On s'est plutôt dit : ''on embarque et on va rendre ce modèle-là efficace''», rappelle Hélène Deschênes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer