Selon les syndicats et les groupes sociaux

La classe moyenne de nouveau attaquée

Les représentants des groupes sociaux se sont sentis... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Les représentants des groupes sociaux se sont sentis impuissants en assistant, hier, à une énumération de mesures qui vont faire mal à la classe moyenne.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gouvernement du Québec a adopté un budget de rêve pour les chambres de commerce en misant sur des compressions majeures dans les grands services publics comme l'éducation, sans épargner la fonction publique qui devra se contenter d'un gel salarial en guise de participation à l'atteinte de l'équilibre budgétaire.

Les représentants des groupes sociaux et des syndicats n'avaient aucune raison d'espérer de cadeau de la part du gouvernement de Philipppe Couillard. Ils se sont sentis impuissants en assistant, hier, à une énumération de mesures qui vont faire mal à la classe moyenne sans parler des conséquences directes pour les personnes pauvres qui, un jour ou l'autre, devront compenser pour le désengagement de l'État.

«Le ministre des Finances Carlos Leitao va imposer des compressions dans le réseau de l'éducation en accordant moins que l'augmentation des coûts de système. Ça veut dire que les collèges et commissions scolaires vont trouver le moyen d'augmenter les frais afférents pour les parents», prévoit Sylvain Bergeron qui oeuvre depuis des années auprès des démunis.

Ce dernier s'attend à ce que Québec prépare de nouvelles mesures pour frapper de nouveau la clientèle de la Sécurité du revenu.

La présidente régionale du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), Brigitte Claveau, juge que le budget d'hier ne va qu'amplifier la détérioration de l'économie régionale. Elle rappelle que les fonctionnaires constituent un apport économique majeur et que le seul fait de geler les salaires de cette catégorie d'employés se fera sentir partout. «Les activités gouvernementales représentent au moins 30% du PIB», précise-t-elle.

L'an dernier, une première a été constatée au sein du syndicat régional alors que des employés occasionnels du ministère des Transports du Québec ont été dans l'obligation de demander des prestations de sécurité du revenu en raison de la diminution de leur période de travail.

La CSN régionale ne se fait pas d'illusion sur les prochains mois. Engelbert Cottenoir note l'orientation idéologique du budget libéral qui consiste à saborder les grands services publics pour ouvrir la porte au secteur privé.

«On va vraiment en arriver à des diminutions de services aux citoyens dans le réseau de la santé. C'est déjà difficile et ça ne peut plus continuer, mais le gouvernement s'acharne à démolir les services publics.»

Le leader de la CSN régionale recommande aux tenants de cette idéologie de se retenir avant de célébrer. Le gel des salaires que Québec finira par décréter va toucher pas moins de 25 000 travailleurs de la région. Ce sont des millions de dollars en moins dans une économie pratiquement au point mort.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer