Relais pour la vie

Quand le cancer frappe le couple

Pierre Gilbert et sa conjointe Karine Lessard sont... ((Photo courtoisie, Serge Côté))

Agrandir

Pierre Gilbert et sa conjointe Karine Lessard sont le couple porte-parole des survivants pour la 10e édition du Relais pour la vie d'Alma, qui se tiendra le 5 juin prochain.

(Photo courtoisie, Serge Côté)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Les larmes n'ont pu être retenues, hier, au lancement de la campagne du 10e Relais pour la vie d'Alma qui se tiendra le 5 juin au profit de la Société canadienne du cancer. Karine Lessard et son conjoint Pierre Gilbert, couple porte-parole des survivants, ont livré un touchant témoignage qui n'a laissé personne indifférent. Un couple avec de jeunes enfants qui, en plus de gérer chacun l'annonce d'un cancer, devait continuer à gérer l'entreprise familiale fondée par le père de Karine, lui-même victime d'un cancer du sang.

«En 2008, c'est le choc. On apprend que mon père, qui est à huit mois de prendre sa retraite, est atteint d'un myélome multiple. On lui laisse un espoir de survie d'environ quatre ans avec une greffe de moelle», raconte Karine Lessard, les yeux mouillés par les larmes.

C'est alors qu'elle et son conjoint, déjà associés dans le cabinet de services financiers Lessard Gilbert, prennent l'entreprise en charge.

Trois ans plus tard, Karine Lessard reçoit le diagnostic d'un lymphome non hodgkinien de stade trois. Ses chances de survie frôlent les 50%. Elle entame alors six mois de traitements de chimiothérapie et radiothérapie. À la fin de cette série de traitements, c'est au tour de son conjoint Pierre de faire face à la maladie. Les médecins détectent un cancer du rectum. Il est lui aussi soumis à des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie pendant six mois.

«Nous qui aimions dévorer la vie, qui vivions à cent à l'heure entre la famille, le travail, les fêtes d'amis, l'entraînement physique, nous sommes confinés à la maison, condamnés à vivre à un rythme qui nous est étranger», se souvient Pierre Gilbert.

«Cet épisode a aussi été le lieu d'une grande histoire d'amour entre nous deux, avec nos trois enfants et aussi avec tous nos proches qui nous ont soutenus, encouragés, consolés, fait rire», ajoute-t-il.

Au moment où les traitements de Pierre Gilbert se terminent, le père de Karine s'éteint. Mais la recherche lui aura permis de vivre plus longtemps auprès de sa famille.

«Nous, nous survivons jusqu'à aujourd'hui, ce jour précieux où nous sommes tous deux porte-parole des survivants. Nous nous permettons aussi d'être les porte-parole de ceux qui n'ont pas survécu, qui ont été reconnaissants aux progrès médicaux d'avoir gagné du temps, un temps inestimable. Parce que chaque dollar amassé et remis au Relais représente une journée de plus dans la vie d'une personne atteindre ou en voie de guérison», pointe M. Gilbert.

Mme Lessard a tenu à remercier les donateurs qui ont fait une véritable différence dans sa vie. «Je vous remercie pour chacun des jours que vous nous avez offerts en cadeau. Merci pour toutes ces journées qui nous permettent de voir grandir nos enfants pour qui la traversée de ces épreuves a également été très éprouvante. Merci de nous permettre de voir naître notre premier petit-enfant.»

Campagne

Depuis 10 ans, le Relais pour la vie d'Alma aura remis plus de 2,3 millions$ à la Société canadienne du cancer. Sous la présidence d'honneur de Jean-Pierre Fleury, d'Électro Saguenay, cette dixième campagne vise un objectif de 330 000$. Jusqu'à maintenant près d'une centaine d'équipes ont été formées pour participer à la marche. Le comité organisateur vise 120 groupes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer