Machine numéro 9

Quelques semaines de sursis

La machine numéro 9 de l'usine Alma de... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La machine numéro 9 de l'usine Alma de Produits forestiers Résolu obtient un sursis.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La machine numéro 9 de l'usine Alma de Produits forestiers Résolu obtient un sursis. En raison de la fermeture d'un compétiteur au Michigan, l'entreprise pense être en mesure d'obtenir de nouvelles commandes qui permettront aux 85 travailleurs qui devaient être mis à pied de travailler au moins quelques semaines de plus.

Il est impossible pour l'instant de savoir quelle sera la durée de ce sursis. Les travailleurs ont été rencontrés par la direction de l'usine hier matin.

«Lorsque nous avons appris la nouvelle de la fermeture de l'usine de Manistique Paper au Michigan, nous avons commencé à regarder de quelle manière nous pourrions récupérer les commandes de cette usine, explique le porte-parole de PFR, Karl Blackburn. Notre département des ventes va travailler d'arrache-pied pour trouver de nouvelles commandes. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que personne ne perd sa job. On va voir jusqu'où ces commandes vont nous mener.»

La machine numéro 9 devait fermer le 1er avril. La papetière transfère la production de cette machine au Tennessee puisqu'un important client, la chaîne de pharmacies CVS, refuse d'acheter des produits qui n'ont pas la certification de la Forest Stewardship Council. PFR a perdu cette certification pour l'unité Lac-Saint-Jean.

Les travailleurs de l'usine de Manistique Paper au Michigan ont appris la semaine dernière qu'ils perdraient leur emploi aujourd'hui. Ils sont 147 à se retrouver sans travail. Cette usine produisait du papier pour des livres, des magazines et des emballages. Ce n'est pas la machine numéro 9 qui pourra faire ce type de produits, mais d'autres usines du réseau de Résolu. La machine numéro 9 retrouvera donc des commandes qui sont présentement faites par d'autres machines de PFR.

Contents, mais...

Le président du Syndicat national des travailleurs des pâtes et papiers d'Alma affilié à la Fédération de l'industrie manufacturière de la CSN, Jean-Pierre Lebel, n'avait pas eu vent de l'annonce imminente du sursis. «C'est une surprise totale pour tous nos travailleurs. Nous sommes contents de ce sursis, mais la fermeture est juste ''mise sur la glace''. Ils n'ont pas annoncé que la machine ne ferme plus, ils ont annoncé un sursis. On va prendre ce qui passe. On espère le plus grand sursis possible, mais il n'y a rien présentement qui permet d'avancer que ça durera très longtemps. Nous n'avons pas de date précise», constate-t-il.

L'usine d'Alma emploie 345 personnes, incluant les 85 de la machine numéro 9.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer