Ex-employés du Walmart de Jonquière

La fin d'une saga

En sortant de la rencontre, les ex-employés du... ((Photo Mariane L. St-Gelais))

Agrandir

En sortant de la rencontre, les ex-employés du Walmart de Jonquière étaient satisfaits de l'entente conclue.

(Photo Mariane L. St-Gelais)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Patricia Rainville
Le Quotidien

C'est avec le sourire aux lèvres que les ex-employés du Walmart de Jonquière, congédiés d'une manière jugée injustifiée, ont enfin appris le montant de l'indemnisation que leur versera la multinationale. Bien que le montant restera secret, puisque des ententes de confidentialité «à vie» ont été signées par les parties concernées, les anciens employés se sont dits très satisfaits, au terme d'une rencontre tenue hier soir.

Les ex-employés, congédiés en 2005 lorsque Walmart a décidé de fermer son magasin de Jonquière, avaient été conviés à une rencontre d'information, qui avait lieu à La Saguenéenne de Chicoutimi.

C'est en juin dernier que ces employés avaient appris que Walmart devrait dédommager financièrement leur congédiement.

Ils étaient une centaine en cette première journée de rencontre. Une cinquantaine d'autres ex-employés seront rencontrés ce matin. À quelques reprises, des applaudissements ont retenti de la salle où la réunion avait lieu. Et les membres de la section locale 503 du Syndicat des travailleurs unis de l'alimentation et du commerce (TUAC), de même que la présidente Louise Lefebvre, auraient bien aimé partager la nouvelle avec la journaliste. Mais Walmart a exigé que des ententes de confidentialité soient signées par chaque ex-travailleur. Et chaque personne devait présenter une pièce d'identité avant de pénétrer dans la salle.

«Nous aimerions en parler, mais c'est impossible. Tout ce qu'on peut dire, c'est que tout le monde est très satisfait», a affirmé la présidente Louise Lefebvre. En effet, toutes les personnes présentes hier soir devaient signer des documents et ont reçu la directive de ne pas discuter de l'entente en sortant de la réunion. Et le montant de l'indemnisation pourrait ne jamais être rendu public, puisque les ententes de confidentialité sont «à vie».

Satisfaits et soulagés

Mais l'expression sur les visages en disait long, hier, lorsque les ex-employés ont quitté la rencontre. Chacun d'entre eux semblait satisfait, un immense sourire aux lèvres.

Questionné à ce propos, le procureur de la section locale 503 du syndicat TUAC, Me Claude Leblanc, n'a pas pu dire si le montant de l'indemnisation était le même pour chaque employé. Impossible, également, de savoir si les ex-travailleurs recevront un unique chèque ou si le montant sera versé durant un certain nombre d'années.

10 ans

Ces deux rencontres mettent un terme à une saga qui aura duré un peu plus de 10 ans. Visiblement, les anciens employés du Walmart de Jonquière étaient soulagés que tout soit terminé. Le syndicat TUAC représentait 151 travailleurs. Il y a quelques mois, la Cour suprême a tranché en leur faveur, jugeant non justifiée la fermeture du commerce peu après l'adhésion des employés à un syndicat.

Un cabinet d'avocats a par la suite été mandaté par les TUAC afin d'évaluer les dommages et déterminer le type de réclamation pouvant être soumise. Il y a quelques semaines, les 151 ex-employés avaient été conviés à ces deux rencontres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer