Dernière réunion du CSSS de la Jonquière

Inquiétude en tombée de rideau

Le directeur général du CSSS de la Jonquière,... ((Courtoisie))

Agrandir

Le directeur général du CSSS de la Jonquière, Régis Harvey et la présidente, Hélène Deschênes ont été parmi les premiers à signer la mosaïque souvenir visant à souligner la fin prochain de la structure.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La soirée d'hier a été marquée par la tombée du rideau sur fond d'inquiétude pour le conseil d'administration du Centre de santé et services sociaux (CSSS) de Jonquière. C'était en effet sa dernière séance avant sa dissolution imposée par la Loi 10 déposée par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Après avoir disposé des dernières affaires courantes avant la création du Centre intégré de santé et services sociaux (CIUSSS), le conseil d'administration réuni à l'Hôtel Delta a pu entendre de nombreux témoignages d'employés et retraités à la suite du message livré par la présidente Hélène Deschênes. Cette dernière a mentionné que même si elle ne sera probablement plus en poste après le 31 mars, elle allait tenter de s'assurer que le milieu jonquiérois allait recevoir les mêmes services de proximité qu'auparavant. « Avant le 31 mars, nous mettrons en mots nos préoccupations et livrer nos enjeux à la présidente-directrice générale du futur CIUSS, Martine Couture, avec un bilan qui fait l'objet de notre fierté ».

Elle a rappelé que dans les années 90, la dernière réunion du c.a. tenue au Delta a eu lieu en présence de la police en raison de la volonté d'imposer une mission de complémentarité. Depuis, bien du chemin a été parcouru avec le développement de la mission ambulatoire, le développement de l'approche LEAN, une volonté d'ajouter de la valeur à la mission du CSSS.

En entrevue, Mme Deschênes a mentionné que la Loi 10 fera perdre au CSSS de la Jonquière, en plus d'une vingtaine de postes, des projets bien ancrés qui auraient pu continuer n'eut été de cette façon d'imposer la loi 10. « On tendait vers une accréditation LEAN, vers un continuum de soins en cours. On en sait pas si tout ça va continuer. On perd cette certitude ». Par contre, elle croit que la Loi 10 permettra de gagner une unité difficilement atteignable avec la présence d'autant d'établissements indépendants. Elle a mentionné avoir postulé pour un poste au conseil d'administration du CIUSSS, mais n'y croit pas beaucoup.

témoignage

Parmi les témoignages entendus, Nathalie Savard, présidente du SISNEQ-CSQ, a rappelé que malgré les divergences de vue, son organisation syndicale a toujours eu un point commun avec l'employeur à l'effet d'assurer la qualité des services à la population et les conditions de ses membres. « Comme organisation syndicale, on a une certaine inquiétude puisqu'il y a beaucoup d'inconnus avec la création du CIUSSS. On va continuer d'être les ardents défenseurs des services aux patients.

Par ailleurs, il a été possible d'apprendre que le Fonds de dotation poursuivra ses activités malgré l'abolition du CSSS afin d'aider au financement d'équipements sur le territoire du CSSS actuel. Il y aura donc une 25e course des canards sur la rivière aux Sables l'été prochain.

La séance a été l'occasion de faire l'éloge de Mme Deschênes, présidente depuis 2006, et du directeur général, Régis Harvey.

Au cours des prochains jours, les employés actifs seront invités à signer une mosaïque qui incorporera des photographies afin de marque la mémoire du défunt CSSS.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer