Un tatouage mère-fille pour marquer une épreuve

Marie-Lou Lepage avait 15 ans quand elle s'est... ((Photo Mélissa Viau))

Agrandir

Marie-Lou Lepage avait 15 ans quand elle s'est fait faire son premier tatouage avec sa mère afin de souligner la fin de son combat contre le cancer. Deux ans plus tard, elle récidive avec un deuxième tatouage réalisé par Gabrielle Munger.

(Photo Mélissa Viau)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Le tatouage est convoité par toutes les générations. Certains l'utilisent pour prouver leur complicité amoureuse, amicale ou familiale.

Marie-Lou Lepage avait 15 ans quand elle s'est fait faire son premier tatouage. Sa mère, Caroline Simard, ne fut pas très dure à convaincre puisqu'elle avait décidé de se faire tatouer en même temps que sa fille. « Marie-Lou venait de passer au travers d'un cancer et on voulait souligner ça », précise Caroline. À l'été 2013, soit un an après cette dure épreuve, la mère et la fille ont donc décidé de se faire tatouer un symbole leur rappelant à jamais la force qui les unit. « On a choisi de venir voir Gabrielle chez Addik Tattoo parce que j'avais eu sa mère comme prof en arts », relate Marie-Lou. Depuis trois ans, la jeune fille, maintenant âgée de 17 ans, est en rémission. Cette épreuve a complètement changé sa perception de la vie. « On a envoyé une enfant de 14 ans se faire soigner à Québec et elle est revenue comme une femme », ajoute Caroline en faisant référence à la maturité de sa fille. Fonceuse et déterminée, Marie-Lou n'a jamais laissé le cancer la ralentir. « Même si j'ai dû sauter mon troisième secondaire, j'ai réussi, les années suivantes, à terminer mon quatrième et cinquième secondaire en même temps que mes amis. J'ai tellement étudié », poursuit Marie-Lou qui est maintenant rendue au Cégep de Jonquière en ATM. Le 19 février dernier, après mûre réflexion, elle se faisait tatouer une deuxième fois. « Je voulais des petites coccinelles parce qu'elles ont toujours été très symboliques pour moi », conclut Marie-Lou qui grimaçait sur la chaise de la tatoueuse!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer