Maisons de soins palliatifs Notre-Dame et Maison Le Chêne

Une mésentente entre les CA subsiste

La future Maison Le Chêne de Jonquière a... ((Photo Mariane L. St-Gelais))

Agrandir

La future Maison Le Chêne de Jonquière a besoin de quelque 600 000$ pour boucler son budget et s'est tournée vers la population pour les obtenir. La Maison Notre-Dame (photo), qui sollicite elle aussi l'appui de la population de Saguenay pour amasser 500 000$ annuellement, s'inquiéterait du fait que la collecte de fonds du comité jonquiérois vienne gruger les dons du public sur lesquels elle peut habituellement compter.

(Photo Mariane L. St-Gelais)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Une bisbille sur fond de financement subsiste entre les conseils d'administration de la Maison Notre-Dame du Saguenay de Chicoutimi et de la future Maison Le Chêne de Jonquière, toutes deux destinées aux patients en soins palliatifs.

Les deux directions refusent de parler de la mésentente publiquement, mais le conseil d'administration de la Maison Notre-Dame a interpellé le premier ministre Philippe Couillard par écrit à ce sujet.

Le milieu jonquiérois milite depuis plusieurs années en faveur de l'implantation d'une maison de soins palliatifs sur son territoire. Le gouvernement du Québec et Saguenay ont tous deux confirmé qu'ils participeraient financièrement à la construction de la résidence de six lits sur les terrains du centre d'hébergement Deschênes. Le coût du projet est évalué à 2,3 millions$ et l'organisme a lancé une campagne de financement l'automne dernier afin de dénicher les quelque 600 000$ nécessaires pour boucler le budget.

Or, la Maison Notre-Dame, qui sollicite elle aussi l'appui de la population de Saguenay pour amasser 500 000$ annuellement, s'inquiéterait du fait que la collecte de fonds du comité jonquiérois vienne gruger les dons du public sur lesquels elle peut habituellement compter. L'Agence régionale de la Santé verse 68 000$ par lit à la Maison Notre-Dame, ce qui totalise 428 000$ par année. Ces données sont publiques et il s'agit des balises du financement gouvernemental pour les lits dans les maisons de soins palliatifs. Ainsi, l'Agence, qui deviendra bientôt le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSS), verserait 408 000$ à la Maison Le Chêne.

Loi 10

Les modifications sur l'organisation et la gouvernance du réseau de la santé viennent brouiller les cartes dans ce dossier. Il pourrait dorénavant n'être question que d'une seule résidence de soins palliatifs de plusieurs lits à Arvida, ce qui ne ferait pas l'affaire des parties concernées.

«Un mandat a été confié à l'agence le 9 février dernier par le ministère de la Santé et des Services sociaux de réunir les représentants des maisons Notre-Dame et Le Chêne, de même que les DG des CSSS de Chicoutimi et Jonquière, dans l'objectif de parvenir à une entente sur l'organisation optimale des services de soins palliatifs sur le territoire de Saguenay», a déclaré le porte-parole de l'Agence régionale de la Santé et des Services sociaux, Jean-François Saint-Gelais. Le responsable des relations avec les médias ajoute que c'est dans ce cadre qu'une première rencontre de travail a eu lieu, impliquant les intervenants concernés. «Les gens planchent sur le mandat confié et on ne discutera pas du travail en cours et des divers scénarios sur la place publique», conclut M. Saint-Gelais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer