Charles Cantin analyse tous les recours possibles

Le Camping Jonquière contre-attaque

Raynald Harvey, trésorier du CA du Camping Jonquière,... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Raynald Harvey, trésorier du CA du Camping Jonquière, et Richard Brabant, directeur général, ont rencontré Le Progrès-Dimanche en compagnie de l'avocat Charles Cantin (à droite), vendredi.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Camping Jonquière et son directeur général, Richard Brabant, affirment avoir été victimes d'une campagne de salissage de la part de la conseillère municipale de Lac-Kénogami, Christine Boivin. Le conseil d'administration a mandaté l'avocat Charles Cantin pour qu'il analyse tous les recours possibles afin de rétablir la réputation de l'organisation et de M. Brabant.

M. Brabant et le trésorier du CA du Camping Jonquière, Raynald Harvey, ont rencontré Le Progrès-Dimanche en compagnie de Me Cantin, vendredi. Selon eux, le temps est venu de rétablir les faits et, surtout, leur réputation.

Au cours de la dernière année, plusieurs plaintes ont été portées contre le Camping Jonquière. Des enquêtes ont été menées par la division des crimes économiques de la Sûreté du Québec et M. Brabant a aussi fait l'objet d'une enquête au ministère du Revenu. Aucune accusation n'a été retenue. De plus, des plaintes avaient également été faites au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour déboisement sauvage et dynamitage illégal. Deux constats d'infraction ont été envoyés au Camping Jonquière, mais pas pour les cas dénoncés (voir autre texte).

MM. Harvey et Brabant souhaitent que Me Cantin analyse la possibilité d'une poursuite en diffamation, pour atteinte à la réputation, dommages moraux ou autres, qu'il soit question de l'individu ou du camping. Ils étudient également la possibilité de déposer une plainte à la Commission des affaires municipales à l'égard de Mme Boivin pour avoir enfreint le code de conduite et de déontologie des conseillers municipaux.

«Nous voulons également que Me Cantin regarde la possibilité de déposer une plainte pour méfaits publics. Il s'agit d'une plainte de nature criminelle parce que de fausses accusations ont été portées à l'endroit d'individus dans le seul but de leur nuire», a ajouté M. Harvey.

«Il y a suffisamment d'éléments pour qu'on s'y arrête, pour qu'on analyse la situation pour voir jusqu'où nous pouvons nous rendre, a pour sa part mentionné Me Cantin. Actuellement, je ne pointe personne, mais il y a des choses à vérifier. Des déclarations ont été faites et si elles étaient injustes envers M. Brabant, elles seront relevées. Je ne suis pas dans une campagne de dénigrement ou dans une chasse aux sorcières. Je suis un juriste et un professionnel du droit.»

Allégations

En plus des plaintes, des allégations de harcèlement envers une employée en congé maladie se sont également retrouvées dans les médias. La direction abusive de la part de Richard Brabant et la loi d'Omerta régnant au Camping Jonquière ont aussi été dénoncées. «Dans le cas du harcèlement, nous avons fait signer une déclaration à l'employée comme quoi jamais elle n'avait été harcelée. Quant aux autres allégations, rien n'a été prouvé et personne n'a osé formuler une critique publiquement. Il n'y a aucune corroboration», en mentionné M. Harvey lors de l'entrevue.

«Pour nous, pour le CA, il ne fait aucun doute que depuis le début, nous sommes victimes d'une campagne de salissage organisée, orchestrée pour salir la réputation du Camping Jonquière, du directeur général Richard Brabant et pour nous causer des préjudices importants.

«Les plaintes étaient connues des médias avant même le début de l'enquête donc, pour nous, leur premier objectif était d'être connues publiquement. Normalement, les plaintes sont confidentielles, mais les journalistes ont été mis au courant. Les gens qui ont porté plainte ont dénoncé, de toute évidence. À moins que des fonctionnaires du ministère du Revenu ou de la SQ aient laissé couler des informations aux journalistes, ce dont je doute très fortement», a expliqué M. Harvey.

Raynald Harvey et Richard Brabant ne feront plus aucune déclaration. Ils s'en remettent dorénavant à Me Cantin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer