Des déclarations qui ont fait jaser

Au sommet de l'actualité

Les déclarations du maire de Saguenay, Jean Tremblay,... (PHOTO MICHEL TREMBLAY, archives Le QUOTIDIEN)

Agrandir

Les déclarations du maire de Saguenay, Jean Tremblay, ont fait réagir au cours des derniers jours. Ses propos sur Greenpeace et les intellectuels ont généré 1344 mentions dans les médias (jusqu'à hier, 11 h).

PHOTO MICHEL TREMBLAY, archives Le QUOTIDIEN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les déclarations du maire de Saguenay, Jean Tremblay, ont fait réagir au cours des derniers jours. Ses propos sur Greenpeace et les intellectuels ont généré 1344 mentions dans les médias (jusqu'à hier, 11 h).

Mardi matin, via une vidéo mise en ligne sur le site ville.saguenay.ca, le maire a déclaré la guerre à l'organisme Greenpeace. «Ils vont tout bloquer, je vous le dis. On n'aura plus d'emplois dans la région. Ces gens-là sont en train de nous mener par le bout du nez. Les syndicats, les travailleurs, mobilisons-nous contre Greenpeace et les intellectuels de ce monde [...]», avait-il dit.

Bibliothécaire et analyste chez CEDROM-SNi, Monique Perron a mené une recherche dans tout le contenu d'eureka.cc sur le nom de Jean Tremblay coordonné avec les mots-clés «Greenpeace» et «intellectuels». Elle confirme que le maire Tremblay a mobilisé l'attention des médias au cours des derniers jours. Habituellement, cet «honneur» revient aux maires de Québec et Montréal, Régis Labeaume et Denis Coderre. Au cours de cette même période, ils ont reçu respectivement 171 et 533 mentions.

Près de 85% des mentions ont été faites au Québec, surtout dans les médias francophones. Une quinzaine de mentions ont également été répertoriées dans les médias anglophones du Québec, soit CBC Montreal, la station de radio CJAD et CBC Radio One Quebec. Monique Perron souligne que des médias canadiens (hors Québec) ont aussi repris la nouvelle, mais uniquement par le biais de Radio-Canada/CBC qui en a été le relais. En anglais, la nouvelle a été citée à CBC Toronto et CBC Winnipeg, et en français, elle a été reprise au Droit d'Ottawa, à Ici Radio-Canada Première et Télé (toutes les stations).

À l'international, l'histoire a été citée à quatre reprises dans le fil de l'Agence France-Presse. «Peut-être que ça va déborder un peu parce qu'il s'attaque quand même à Greenpeace, une multinationale à sa façon», prédit Mme Perron.

Exprimée en portée normalisée, c'est sur le Web que la nouvelle a eu le plus d'impact. Il s'agit d'une mesure homogène de la portée de la presse imprimée (journaux et périodiques) combinée aux mesures des autres types de sources qui proviennent de fournisseurs externes.

De plus, la radio et la télévision sont bien représentées avec plus de 56% des mentions en nombre de documents.

«On peut dire sans se tromper que le maire Tremblay a vraiment marqué l'actualité cette semaine, mentionne Mme Perron. Le nombre de mentions va certainement se poursuivre dans les prochains jours.»

Ce n'est pas la première fois que Jean Tremblay retient autant l'attention dans les médias. Au cours des dernières années, la prière au conseil municipal a généré un peu plus de 1200 documents et l'histoire des journalistes «cruches» avait été mentionnée plus de 300 fois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer