Les syndiqués choqués

Une semaine pour s'excuser

La présidente du local 1574 du SCFP affilié... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

La présidente du local 1574 du SCFP affilié à la FTQ, Normande Truchon, a salué le support de tous les syndicats et des étudiants de l'UQAC qui ont été choqués par les déclarations du directeur du bureau des affaires publiques Jean Wauthier.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La section 1574 du Syndicat canadien de la fonction publique, qui regroupe le personnel de soutien de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), et les quatre autres syndicats de l'établissement donnent une semaine au directeur du bureau des affaires publiques, Jean Wauthier, pour présenter officiellement des excuses aux adjointes administratives qui oeuvrent auprès des cadres supérieurs.

Un mouvement de solidarité est en train de naître pour soutenir les adjointes administratives de l'UQAC. Dans l'édition de mardi du Quotidien, Jean Wauhtier attribuait à des erreurs « humaines » d'une adjointe administrative des situations de double facturation dans les allocations de dépenses de certains cadres supérieurs. Depuis cette déclaration, le personnel de soutien ne décolère pas.

« Je désire déposer une motion de blâme envers le directeur du bureau des affaires publiques. En éclaboussant une personne de son bureau, c'est toute la communauté universitaire qui se sent visée parce qu'un membre de la direction de l'UQAC n'est pas assez honnête et franc pour assumer ses erreurs et ses égarements. L'imputabilité est un principe qui semble lui échapper », a écrit Normande Truchon, présidente du syndicat, dans une lettre adressée au recteur Martin Gauthier et qui est contresignée par le Syndicat des professeurs, le Syndicat des chargés de cours, le Syndicat des professionnels et la présidente du MAGE-UQAC.

« Nous considérons que cette façon de faire est odieuse et indigne de la fonction qu'il occupe. Cela relève de la plus haute mesquinerie. Il porte ombrage à des gens qui n'ont rien à se reprocher dans toute cette histoire », ajoute Normande Truchon.

En entrevue, Normande Truchon a déclaré que les propos de M. Wauthier avaient véritablement choqué et insulté les employés de soutien. Elle croit qu'une telle déclaration dans le climat actuel ne restera pas sans conséquence, si jamais le directeur du bureau des affaires publiques refuse de présenter des excuses officielles avec autant de visibilité que la déclaration publiée dans Le Quotidien.

« Dès que je sors de mon bureau, je me fais arrêter par nos membres qui nous demandent de réagir fortement. Les employés de soutien essuient plus que leur part dans les coupures. Nous travaillons plus fort pour réussir à supporter l'université et c'est de cette façon que l'on se fait remercier. C'est historique de réunir tous les syndicats de l'université derrière une cause et je pense que cette affaire a choqué du monde même à l'extérieur de l'université, principalement des femmes qui occupent ces fonctions d'adjointe administrative », a conclu la présidente du syndicat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer