MRC du Fjord

Claveau vient brasser le pommier

L'ex-préfet et député péquiste de Dubuc, Jean-Marie Claveau.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

L'ex-préfet et député péquiste de Dubuc, Jean-Marie Claveau.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'ex-préfet et député péquiste de Dubuc, Jean-Marie Claveau, est sorti de sa réserve politique depuis sa défaite électorale d'avril dernier pour inciter les élus de la MRC du Fjord à faire preuve de plus de mobilisation devant ce qu'il appelle le dépouillement et l'appauvrissement des régions du Québec.

Présent lors de l'assemblée régulière du conseil de la MRC, M. Claveau a profité de la période de questions du public pour y aller d'un long réquisitoire visant à dénoncer l'abolition ou la fusion des directions régionales des ministères de l'Éducation, de l'Immigration, de la Forêt de même que les coupes aux structures régionales du Conseil du Statut de la femme. Il a cité également la disparition du Concours « Chapeau les filles », de la CRÉ, l'abolition et les réductions des CLD en plus de la centralisation de la taxe sur l'hébergement. La disparition du Fonds de développement régional de 2,2 M$, de la table agroalimentaire, du CRÉPAS, etc., ont eu pour effet de mettre le feu à l'expertise développée dans la région au cours des 40 dernières années, a déclaré M. Claveau.

« La situation m'inquiète grandement, mais le silence régional avec ce qui se passe est encore plus inquiétant. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean a toujours agi comme leader au plan provincial. Pourquoi personne ne se lève actuellement pour dénoncer l'absence de dialogue du gouvernement du Québec? Je crois que la MRC doit dénoncer cette absence de dialogue », affirme l'ex-député.

Lors de son exposé, M. Claveau a mentionné que personne ne conteste le besoin de revoir les programmes ou de gérer de façon plus efficace, mais il estime que le gouvernement improvise des coupes aux régions sans évaluer leurs performances et les avantages que les citoyens en retirent.

Pendant que des coupes ont été annoncées pour les municipalités dévitalisées, le ministre du Travail, Sam Hamad, et son collègue des Affaires municipales, Pierre Moreau, procèdent à des annonces d'enveloppes d'aides supplémentaires de 9 M$ à la ville de Montréal pour son Fonds québécois d'initiatives sociales, affirme M. Claveau, communiqué de presse à l'appui.

Les propos tenus par l'ex-préfet ont reçu un appui partiel de deux maires présents, soit le maire de Saint-Fulgence, Gilbert Simard, et de Sainte-Rose-du-Nord, Laurent Thibeault. M. Simard a déclaré que les coupes imposées aux CLD du Fjord ont soulevé un grand vent d'inquiétude, entre autres à la Société de développement de l'Anse-aux-Foins, mais il s'est dit encore plus inquiet qu'aucun pourparler n'ait été encore entrepris avec Québec pour le renouvellement du pacte fiscal transitoire.

Pour sa part, M. Thibeault a dit partager en bonne partie les inquiétudes de M. Claveau face au silence des élus et a rappelé que seuls lui et son collègue de Normandin ont fait des sorties publiques. « J'ai déposé à mon conseil une proposition visant à adhérer au mouvement "Touche pas à mes régions" et un maire m'a dit que ça pouvait nuire à mon dossier d'eau potable. Lorsqu'on est rendus là, c'est qu'il n'y a plus de démocratie. Il y a une loi de l'omertà », conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer