Guy Larouche critique de nouveau la MRC

Roberval en veut pour son argent

Guy Larouche affirme que Roberval en a assez... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Guy Larouche affirme que Roberval en a assez de payer pour les autres municipalités de la MRC.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Potvin
Le Quotidien

Le conseil de Roberval en a assez de payer pour les autres municipalités de la MRC Domaine-du-Roy.

«On dirait que les deux villes centres sont intéressantes seulement à cause de leurs revenus. Il y a une limite à payer. Oui, on veut partager avec les plus petites municipalités, mais il ne faut pas exagérer», affirme le maire Guy Larouche qui critique à nouveau la dynamique à la MRC.

Il déplore notamment le manque de leadership et le peu de vision des élus.

«Comment ça se fait qu'il n'y avait pas d'entente sur les redevances concernant les minicentrales de Val-Jalbert et de la 11e chute au préalable? On embarque dans une affaire et on ne sait même pas combien ça va rapporter. Roberval veut en avoir pour son argent. C'est normal, on a investi beaucoup d'argent pour la construction et on veut un retour sur notre investissement et que notre ville profite des revenus. Nous avons 10 M$ de dettes avec la MRC, c'est normal de vouloir avoir sa part», plaide-t-il.

C'est pour cette raison qu'il veut négocier avec les autres maires pour déterminer quelle proportion des profits des minicentrales sera dédiée aux projets territoriaux et locaux.

Guy Larouche est bien conscient que ses propos vont soulever la grogne. Par contre, il affirme qu'il pense aussi au développement territorial.

«Prenez l'exemple du golf de Saint-Prime, j'ai été le premier à lever la main pour le sauver. On n'était pas obligé. C'est un équipement qui demandait un support régional», sert-il comme exemple.

Quitter la Véloroute

Guy Larouche affirme que le conseil de Roberval a songé à se retirer de la Véloroute des bleuets, mais a changé d'idée.

«Là encore, on trouve que Roberval a fait grandement sa part. Quand on fait la bordure lacustre, on a refait un grand bout de la piste cyclable et on n'a rien chargé à la Véloroute. Et là, on va devoir payer 500 000$ sur dix ans pour assurer l'entretien de tout le réseau. Ce montant s'ajoute à la somme qu'on verse chaque année pour la Véloroute, ça fait pas mal d'argent», souligne-t-il.

Guy Larouche a fait cette sortie en réaction à une lettre anonyme d'un élu de la MRC expédié à la station de radio Planète.

Cette personne déplorait l'attitude de confrontation affichée par le maire de Roberval à la table des maires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer