Jean Tremblay déclenche une tempête

L'appel à la mobilisation lancé par le maire Jean Tremblay contre Greenpeace et... (Source Twitter)

Agrandir

Source Twitter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) L'appel à la mobilisation lancé par le maire Jean Tremblay contre Greenpeace et les intellectuels a provoqué une réaction massive sur les réseaux sociaux.

En moins de deux heures, la publication de son message vidéo (voir autre texte) a fait le tour du Québec. En grande majorité, les internautes condamnent cette nouvelle sortie du maire de Saguenay.

Entre autres messages publiés sur Twitter, celui de Dominic Arseneau traduit un profond malaise à l'égard du maire Tremblay. Adjoint du député néo-démocrate Guy Caron, le Chicoutimien d'origine ventile le fond de sa pensée en six gazouillis : «Je suis né et grandi à Chicoutimi. Ça fait presque 8 ans que je suis parti, mais je me vois encore comme un bleuet. Souvent, je garde une réserve quand Jean Tremblay sort. Mais aujourd'hui, je ne peux pas. Ce que je dis ici est strictement personnel. Je n'en reviens juste pas. Saguenay a 2 cégeps, une université, un centre de recherche en aluminium. C'est là que le bacc en plein air a été développé. Les intellectuels, font du #SagLac ce qu'il est: une région où il y a encore de l'innovation et du mouvement. C'est ahurissant de voir que le maire traite autant de ses citoyen(e)s avec condescendance. Dire qu'il aurait pu être candidat au fédéral. Je dirai simplement (je n'ai pas inventé le hashtag): #JeSuisIntellectuel. Fin.»

L'humoriste Martin Petit a lui aussi réagi à la déclaration de Jean Tremblay : «Saguenay : des bons bleuets mais une grosse tarte !»

Un autre humoriste bien connu, MC Gilles, a ajouté dans la même veine : «Dieu fait dire qu'il se dissocie des propos de Jean Tremblay.»

Plusieurs internautes ont rappelé que, jusqu'à récemment, le maire était présenti comme futur candidat du Parti conservateur dans Jonquière. 

Dans le tumulte  engendré par le maire, on retrouve néanmoins certains (rares) messages d'appui. L'animateur radiophonique Jeff Fillion est de ceux qui sanctionnent cette sortie.

«Bravo à Jean Tremblay qui part en guerre contre le extrémistes de Greenpeace», signe-t-il.

Le Conseil de l'industrie forestière du Québec a également partagé le lien de la vidéo controversée, sans toutefois commenter.

(Avec la collaboration de Pascal Girard)

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer