Place aux jeunes

L'agente coupée à cause du boom à Saint-Honoré

Isabelle Gagnon, directrice générale du Carrefour jeunesse-emploi Saguenay... ((Courtoisie))

Agrandir

Isabelle Gagnon, directrice générale du Carrefour jeunesse-emploi Saguenay et Julie Simard, agente de migration Place aux Jeunes de la MRC du Fjord-du-Saguenay, déplorent la disparition du poste d'agente de migration dans la MRC.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Curieusement, la MRC du Fjord-du-Saguenay est victime de son bilan migratoire positif. Le seul poste d'agente de migration Place aux jeunes de la MRC sera coupé sous peu, en raison d'un boom migratoire enregistré dans une seule de ses 13 municipalités, soit Saint-Honoré.

Les petites municipalités de la MRC du Fjord seront privées de leur agente de migration le 27 mars prochain. La MRC n'a plus droit au montant octroyé par le Secrétariat à la jeunesse puisque la moyenne de son bilan migratoire des 15-34 ans des sept dernières années est positive. «Pour avoir droit au service, la moyenne des soldes migratoires des sept dernières années doit être négative», confirme Isabelle Gagnon, directrice générale du Carrefour jeunesse emploi Saguenay, l'organisme promoteur de Place aux Jeunes.

Une des municipalités de la MRC affiche un nombre de nouveaux résidents assez élevé pour changer le portrait à elle seule.

«Les données sont biaisées. Saint-Honoré connaît un essor qui change la donne. Pourtant, dans le Bas-Saguenay, c'est très difficile. Ce sont deux réalités», affirme Isabelle Gagnon. «À Sainte-Rose-du-Nord, Rivière-Éternité, Petit-Saguenay et Ferland-et-Boilleau par exemple, c'est problématique. La situation de Saint-Honoré a un impact sur toutes les autres municipalités qui elles, auraient besoin de faire de la promotion pour attirer des jeunes.»

Le rôle de l'agente de migration Place aux jeunes consiste à faire le lien avec les jeunes de l'extérieur qui souhaitent s'installer en région. «Elle communique avec les jeunes natifs de la région ou non qui veulent venir s'établir ici. Chaque semaine, elle envoie des offres d'emploi, des contacts pour dénicher une garderie ou une maison par exemple. Deux fois par année, elle organise un séjour exploratoire gratuit, c'est-à-dire un séjour d'une fin de semaine où on fait découvrir la région. Des rencontres avec des employeurs et des visites touristiques sont offertes. On leur donne le goût de venir ici. C'est une sorte de Petite séduction», explique Mme Gagnon. «Tout ça ne sera plus possible.»

Une brochure qui permettra de transmettre de l'information aux jeunes de l'extérieur, notamment une liste de contacts, sera créée. Rien de comparable avec le service offert actuellement. «C'est une perte d'emploi et une grande perte de services pour les communautés», assure la directrice générale du Carrefour jeunesse emploi Saguenay.

Isabelle Gagnon a tenté de faire valoir les particularités de la MRC qui compose avec des situations opposées d'une municipalité à l'autre, mais en vain. «Place aux jeunes traite toutes les MRC de la même façon et il n'est pas question de faire le calcul autrement. Plusieurs postes seront supprimés partout au Québec.»

Au Saguenay, le territoire dispose de deux ressources à temps plein qui travaillent à favoriser l'établissement des jeunes depuis 2007.

À Saguenay, le poste d'agent de migration n'est pas compromis puisque le bilan migratoire est toujours négatif.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer