Jean Bouchard

78 ans, sourd et aveugle

Jean Bouchard en était à sa 15e participation... ((Photo Mariane L. St-Gelais))

Agrandir

Jean Bouchard en était à sa 15e participation à la course des Pichous. Il a complété le parcours en 1h39mn41 en compagnie de Guillaume Laframboise.

(Photo Mariane L. St-Gelais)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

À 78 ans, Jean Bouchard est un des plus âgés coureurs du 15 kilomètres des Pichous. De quoi inspirer. Mais lorsqu'on ajoute à son âge le fait qu'il est sourd et aveugle, il devient un véritable exemple de courage et de force.

Rien n'empêche Jean Bouchard de se surpasser jour après jour. Le septuagénaire en était à sa 15e participation à la course des Pichous hier midi. Il a complété le parcours en 1h39mn41.

Quelques secondes après la course, il avait déjà repris son souffle. Sourire aux lèvres, il était visiblement heureux d'être là. «Ça va très bien», a-t-il affirmé d'emblée.

L'homme de Québec, dont les parents sont originaires de La Baie, ne laisse personne indifférent. Accompagné d'un coureur qui lui sert de guide, il parcourt les 15 kilomètres dans le bonheur. Cette fois, c'est Guillaume Laframboise de Québec qui lui a servi de guide. Il lui indique les montées, les descentes et le prévient en cas d'obstacles. Guillaume fait partie des trois accompagnateurs de Jean Bouchard. Il suit depuis 2008 celui qui a commencé à faire des compétitions en 1977. Aujourd'hui, il en cumule 250. «En 1982, à l'âge de 46 ans, j'avais fait la course en 60 minutes et 6 secondes, se rappelle-t-il. J'ai beaucoup d'expérience», souligne-t-il en souriant, content de courir aux côtés de personnes de tous les âges. «Il y a une belle relève.»

Sourd de naissance, il a commencé à parler à l'âge de 10 ans. Sa vue a quant à elle baissé graduellement jusqu'à ce qu'il devienne complètement aveugle en 1988.

Des handicaps qui ne l'ont jamais freiné. «Je ne suis pas mieux qu'un autre. Je vis le moment présent et j'en profite», affirme-t-il humblement.

Le coureur s'entraîne cinq fois par semaine au PEPS de l'Université Laval à Québec. «Je le fais pour être en santé», conclut-il simplement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer