Jean Tremblay ne sera pas candidat au fédéral

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a finalement... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a finalement arrêté son choix sur la politique municipale.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Jean Tremblay ne sera pas candidat aux élections fédérales. Après mûre réflexion, le maire de Saguenay a arrêté son choix sur la politique municipale. Et il compte bien briguer la mairie en 2017.

Après avoir étiré le suspense durant quelques semaines et alors que les rumeurs se faisaient de plus en plus persistantes, Jean Tremblay a finalement annoncé ses intentions, lors d'une entrevue exclusive accordée au Progrès-Dimanche, vendredi.

Jean Tremblay y a sérieusement réfléchi. Mais c'est à la tête de la Ville qu'il se sent le plus utile. Du moins pour le moment.

«Je ne dis pas que je n'irai jamais. Mais pas cette fois-ci. Je me sens encore très utile et je pense que je suis l'une des meilleures personnes pour être maire de Saguenay. C'est peut-être orgueilleux ce que je dis, mais je pense que j'ai encore un grand rôle à jouer à la Ville», a affirmé le maire, qui avait été courtisé par les libéraux de Justin Trudeau, mais surtout par le Parti conservateur du Canada.

«Je pense que j'avais de bonnes chances et c'est vrai que la proposition était intéressante. Mais le fédéral n'a jamais pesé plus lourd dans la balance que le municipal. Il y a encore énormément à faire à la Ville et je pense qu'on est dans une période de croissance. Et j'ai envie d'y participer», a indiqué Jean Tremblay, estimant qu'il n'aurait pas eu la même liberté en tant que député fédéral.

«J'aime aller à l'épicerie et parler aux citoyens. Je travaille pour eux, pas nécessairement pour me faire une carrière. C'est sûr que ma carrière politique est importante pour moi, mais je me sens pleinement satisfait comme maire. On ne sait pas ce qui peut arriver d'ici là, mais je veux me représenter aux élections municipales en 2017. Je me sens autant d'attaque qu'à mes débuts», a souligné M. Tremblay.

Pression

Le maire de Saguenay admet que la pression était plus forte cette fois-ci, autant de la part de médias que des partis politiques intéressés par sa candidature. «Je ne comprends pas pourquoi tout le monde me demandait si j'allais me présenter. Je m'en faisais parler tous les jours. J'aurais pu y penser encore, les élections sont seulement dans sept mois. Mais par respect pour les citoyens et aussi pour les partis qui m'ont approché, je me suis dit que le suspense avait assez duré», a affirmé celui qui s'est souvent fait conseiller de faire le saut en politique fédérale, afin de «brasser la cage du gouvernement».

«Plusieurs me le disaient. Mais, en même temps, je suis satisfait du gouvernement conservateur, je n'aurais pas fait le saut pour brasser des cages, mais plus pour faire avancer les choses. Mais ça, je peux le faire au municipal. Et c'est sur ça que je vais travailler; développer encore plus la ville», a-t-il noté.

Maintenant que son choix est fait, Jean Tremblay espère que Saguenay élira un député au pouvoir lors des prochaines élections, peu importe le parti politique. Questionné à ce sujet, il n'avait pas d'idée de qui pourrait être candidat conservateur dans Jonquière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer