Opération au bureau de Denis Lebel

La substance était inoffensive

La substance expédiée au ministre Denis Lebel était inoffensive, confirme la... (Laura Lévesque)

Agrandir

Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(ROBERVAL) La substance expédiée au ministre Denis Lebel était inoffensive, confirme la SQ. 

La substance expédiée au ministre Denis Lebel était... (Laura Lévesque) - image 1.0

Agrandir

Laura Lévesque

La substance expédiée au ministre Denis Lebel était... (Laura Lévesque) - image 1.1

Agrandir

Laura Lévesque

Une opération policière a eu lieu au bureau de circonscription du ministre Denis Lebel, à Roberval, après qu'une enveloppe suspecte ait été découverte ce matin. D'autres députés conservateurs au Québec, notamment Christian Paradis, Maxime Bernier et Steven Blaney, auraient également reçu des colis dans lesquels se trouvait une poudre blanche.

Les policiers de la Sûreté du Québec à Roberval ont été informés de la situation peu après 10h.

Deux autopatrouilles et une ambulance ont immédiatement été dépêchées au local du boulevard Saint-Joseph.

Selon des informations recueillies sur place, l'enveloppe à l'origine de ce déploiement contenait une poudre dont la nature demeure inconnue.

La ventilation a été coupée et l'accès au local a été interdit. Des artificiers de Québec sont intervenus en renfort aux environs de 14h30. 

À l'hôpital de Roberval, on a amorcé un protocole d'urgence afin d'accueillir l'une de ces employés, qu'on croyait susceptible d'avoir été contaminée.

«Une dame a ouvert une enveloppe contenant de la poudre blanche ce matin. Elle a ensuite alerté la situation. Un protocole a été immédiatement mis en place. Les gens du bâtiment ont été évacués. Mais ils ont pu réintégrer leurs bureaux lorsque la ventilation a été coupée. La dame et un policier demeurent confinés dans le bureau en attendant qu'une expertise sur la poudre soit réalisée», a précisé Richard Gagné, porte-parole de la SQ, en fin d'avant-midi. 

De son côté, le ministre Lebel a fait parvenir un communiqué peu après l'heure du dîner. Entre autres choses, il affirme que le gouvernement ne se laissera pas intimider par de tels gestes. 

«Ce matin, mon bureau de circonscription a reçu un colis suspect. La Sûreté du Québec a pris en main l'investigation et a informé la GRC. Ces gestes sont pris très au sérieux. La sécurité des Canadiens est une priorité pour notre gouvernement. Il ne peut y avoir de doute, nous ne nous laisserons pas intimider», signe-t-il. 

(Avec la collaboration de Laura Lévesque)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer