Un premier perré aménagé par RTA

Riverains en rogne

Les résidents sont déçus des travaux de stabilisation... ((Courtoisie))

Agrandir

Les résidents sont déçus des travaux de stabilisation des berges réalisés devant leur résidence à Saint-Gédéon. RTA tient toutefois à rassurer les citoyens, en rappelant que ces travaux ne sont pas entièrement complétés.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

L'ajout du premier perré - une barrière de pierres - devant des résidences de Saint-Gédéon met en rogne des riverains. Réalisés par Rio Tinto Alcan (RTA), ces travaux de stabilisation des berges détruisent l'une des plus belles plages du lac Saint-Jean, estiment certains propriétaires.

« Il y a déjà eu d'importants travaux devant nos maisons depuis les trois dernières années, par exemple du remplissage avec du sable granuleux. Mais cette année, c'est pire. Ça vient défigurer l'un des plus beaux endroits autour du lac Saint-Jean. On avait reçu les plans des travaux, mais ça ne montrait pas toute cette ampleur », lance Bruno Godin, un des résidants du chemin de la Pointe du Lac, à Saint-Gédéon, estimant que ces travaux nuiront également au tourisme.

Pour « sensibiliser » les gens sur les problèmes vécus par les riverains, ce dernier a mis en ligne une vidéo montrant les récents travaux devant sa résidence. Depuis lundi, plus de 20 000 personnes ont visionné ces images diffusées sur la page Facebook Riverains en colère. Un site administré par Gérald O'Bomsawin, également président de l'Association des propriétaires de la plage Wilson, à Saint-Henri-de-Taillon.

« C'est du jamais-vu ces travaux. Ils sont en train de dénaturer complètement la plage. Même qu'ils n'en auront plus de plage lorsque le niveau du lac sera haut », commente-t-il.

M. O'Bomsawin ne réside pas à Saint-Gédéon et, contrairement à ces résidants, il est propriétaire de son terrain sur le bord du lac.

« RTA nous a offert de faire des travaux de stabilisation des berges. Ils ont proposé de creuser au pied de la dune de 20 pieds sur laquelle les propriétaires se trouvent. Ce qu'on demande, nous, c'est simplement de remonter le sable. Mais ils ne veulent pas. Pour nous, cependant, il est hors de question qu'ils fassent des travaux pour détruire encore plus notre plage. Ils devront nous passer sur le corps. Et ils ont dit que si on n'acceptait pas les travaux, les dommages, s'il y en a, ne seraient pas de la responsabilité de RTA. On est rendu là », soupire-t-il, rappelant que les résidants de son secteur font partie des 4 % des riverains propriétaires autour du lac Saint-Jean.

Les deux admettent que RTA agit dans la légalité, mais ils questionnent le travail des instances qui ont autorisé ces travaux.

« Et dire que ces travaux ont été autorisés par le ministère de l'Environnement. Incompréhensible. Il y a des fonctionnaires qui ont dormi au gaz . De plus, aucun de ceux-ci n'a eu le respect de venir voir le déroulement de ce désastre », dénonce M. Godin.

RTA

RTA se fait quant à elle rassurante, expliquant que les travaux ne sont toujours pas terminés.

« Ils seront terminés dans deux jours et le terrain sera nivelé au printemps. Le perré sera pour sa part enfoui. Mais une partie, environ un pied, sera visible. Il faut dire que dans ce secteur, plusieurs résidants ont déjà un muret en béton devant leur terrain », mentionne Claudine Gagnon, porte-parole de RTA.

Selon la compagnie, le perré est la solution la plus efficace pour protéger les terrains situés dans ce secteur de Saint-Gédéon. Mais la compagnie planche sur des alternatives qui pourraient s'avérer plus efficientes à long terme.

« Le perré est inclus dans le décret. Mais il y a d'autres solutions qui sont analysées dans notre étude d'impact environnementale, des solutions à long terme », laisse tomber Mme Gagnon.

Les deux riverains pointent le haut niveau du lac en automne comme principale responsable des ravages autour du lac Saint-Jean. La porte-parole de RTA n'a cependant pas voulu emprunter cette pente, rappelant que le sujet sera largement abordé aux audiences BAPE, prévues à l'automne prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer