Relance de l'usine de Chambord

Projet bonifié, mais pas devancé

Louisiana-Pacific propose d'ajouter une unité de production de... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

Louisiana-Pacific propose d'ajouter une unité de production de granules à son usine de Chambord, mais ne promet rien quant à la réouverture des installations jeannoises en raison de la faiblesse du marché pour le panneau particules.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'entreprise Louisiana-Pacific a proposé au gouvernement du Québec d'ajouter une unité de production de carburant renouvelable (granule de bois), à son usine de Chambord pour compenser les périodes de faiblesse du marché de la construction résidentielle aux États-Unis.

L'entreprise a donc l'intention de déposer ce projet d'énergie renouvelable en attendant une augmentation significative du nombre de mises en chantier du côté américain pour ajouter à ce projet celui de la relance de panneaux de lamelles orientées. Les granules seront produites avec la récupération des rebus de bois qui n'entrent pas dans la production de panneaux.

« Nous ne voulons pas donner de chiffres quant à une relance des opérations de l'usine de Chambord. En ce moment, tout le monde constate que la relance annoncée est plus lente que prévu. Tout sera évalué en fonction de la région où il y aura une augmentation des mises en chantier. Pour lancer notre projet de carburant renouvelable, il faut être en production à Chambord », indique le porte-parole canadien de l'entreprise, Denis Pouliot.

En plus de la quantité qui est importante, les mises en chantier devront être concentrées dans une région avantageuse pour les exportations québécoises. « Une croissance des mises en chantier en Californie ou en Arizona n'a pas la même signification qu'une concentration de croissance dans le marché du nord-est américain », ajoute le porte-parole de l'entreprise.

L'industrie doit aussi faire face à des prix particulièrement bas. Le panneau se vendait au cours des derniers jours à 170 $ US du 1000 pieds carré. Le prix de vente est descendu en bas de celui de 2008 lorsque Louisiana-Pacific avait décidé de fermer l'usine de Chambord.

du feuillu en quantité

Le maire Jacques Asselin n'a pas tardé à faire parvenir au Quotidien sa vision de l'utilisation des approvisionnements en feuillus disponibles dans la région. Selon le maire de la Doré, il y a assez de feuillus sur la forêt publique et dans les unités d'aménagement de la forêt publique pour répondre à tous les projets sur la table, à commencer par celui d'une nouvelle scierie à La Doré spécialisée dans le feuillu.

Selon les études réalisées pour le compte de la municipalité, le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte sur une possibilité forestière globale de 700 000 mètres cubes par année d'essences de feuillus. Le maire Asselin est convaincu qu'une intégration de la récolte pour l'approvisionnement des différents projets sur la table permettrait de générer des retombées économiques.

Le maire de La Doré voit dans la situation actuelle une opportunité de mieux structurer l'utilisation du feuillu dans différents projets industriels, incluant Louisiana-Pacific. Il suffit, selon ce dernier, d'utiliser le bon bois dans les bonnes usines et ainsi générer des économies pour chaque projet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer