Perte du CAAF de Louisiana-Pacifique

Le maire de Chambord inquiet

Gérard Savard, maire de Chambord... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Gérard Savard, maire de Chambord

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Laura Lévesque
Le Quotidien

La perte de la garantie d'approvisionnement de Louisiana-Pacifique inquiète le maire de Chambord, Gérard Savard, celui-ci estimant que la décision de Québec met en péril l'avenir de cette usine.

Même si les installations sont fermées depuis quelques années, un projet de relance donnait beaucoup d'espoir aux élus de la municipalité.

Mais la ville, dont le budget atteint les 3,3 millions $, retire également d'importants revenus en taxes de cette usine soit quelque 200 000 $ par année, et ce, malgré la fermeture.

Sans cette garantie d'approvisionnement de 329 500 mètres cubes de bois dans diverses essences de feuillus, la valeur de l'usine baisse toutefois considérablement, faisant ainsi perdre de gros revenus à la municipalité.

« On va voir de quelle façon ça va jouer. On n'est pas rendu là, mais en effet, sans le CAAF, l'usine perd toute sa valeur. On se retrouvait dans la même situation qu'avec Agropur », laisse tomber le maire de Chambord.

Ce dernier respecte cependant la décision et le processus mis en place par Québec. La municipalité souhaite d'ailleurs participer à l'analyse des possibilités d'investissements soumis au bureau de projets.

« Le conseil mettra tout en oeuvre afin de suivre l'évolution du dossier et ainsi s'assurer de maximiser les retombées économiques pour le secteur », indique le maire, rappelant que tout n'est pas perdu, car la Louisiana-Pacifique compte déposer une proposition, au bureau de projets nouvellement créé, prévoyant le redémarrage des installations de Chambord.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer