Menace de Greenpeace sur la machine numéro 9

Québec offre de plaider la cause de Résolu

Le groupe Greenpeace qui risque de provoquer la... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le groupe Greenpeace qui risque de provoquer la fermeture de la machine à papier numéro 9 de l'usine d'Alma.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec a offert à la papetière Résolu de déléguer son sous-ministre aux États-Unis pour rencontrer les dirigeants de la chaîne de pharmacies CVS afin de les sensibiliser aux particularités du régime forestier québécois, et ainsi contrer la campagne du groupe Greenpeace qui risque de provoquer la fermeture de la machine à papier numéro 9 de l'usine d'Alma.

C'est du moins ce qu'a indiqué au Quotidien Christine Harvey, attachée de presse du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs Laurent Lessard. Le gouvernement lutte contre l'action de Greenpeace sur les marchés internationaux avec une campagne de promotion du régime forestier québécois. Il attire l'attention sur des éléments centraux comme l'approche écosystémique et le fait que le régime repose sur les notions du développement durable.

«Nous proposons ce que nous avions proposé lorsque Best Buy (Future Shop au Québec), a pris la même décision», a ajouté l'attachée de presse. Québec n'a visiblement pas l'intention de modifier sa stratégie pour freiner Greenpeace qui mène une campagne contre l'exploitation de la forêt boréale québécoise et celle de tout le Québec dans son ensemble sous prétexte que certains territoires ont perdu leur certification FSC.

Sur le plan local, le président du Syndicat CSN de l'usine d'Alma, Jean-Pierre Lebel, a rassuré les travailleurs une bonne partie de la journée d'hier. Le syndicat tente en ce moment de faire la lumière sur cette affaire qui risque de provoquer la fermeture définitive d'une machine à papier.

«Nous avons contacté Greenpeace et ils ont dit qu'ils n'avaient pas fait d'intervention», a indiqué le leader syndical.

«Il se passe quelque chose qu'on ne comprend pas et on veut le trouver», a-t-il repris, en faisant référence à la réunion du comité sociopolitique en présence des représentants de la papetière où il n'a pas été question d'une fermeture définitive de la machine à papier numéro 9.

Des questions concernent aussi la certification de l'usine d'Alma. Selon Jean-Pierre Lebel, l'usine est approvisionnée pour plus de 50% par les usines d'Arbec, qui utilisent du bois provenant des zones détenant la certification FSC.

Le rôle joué par Greenpeace dans cette perte de commande est indiscutable. Dans les documents obtenus par Le Quotidien, il s'agit de l'argument utilisé par l'imprimeur Quad/Graphics, l'un des plus importants aux États-Unis, pour obtenir une nouvelle source d'approvisionnement en papier qui n'utilise pas le bois de la forêt boréale québécoise. Le représentant de Quad/Papers fait directement le lien entre la chaîne de pharmacies (7600) et Greenpeace pour justifier l'abandon des commandes dans les usines québécoises au profit de la papeterie de Calhoun au Tennessee.

En 2009, Greenpeace a décerné à cette chaîne une distinction pour le choix de son approvisionnement dans les différents papiers hygiéniques. Dans sa politique d'approvisionnement, CVS compte utiliser uniquement du papier fabriqué avec des copeaux détenant la certification FSC. L'objectif de CVS est de s'inscrire activement dans la lutte aux changements climatiques.

le maire d'alma inquiet

Le maire d'Alma, Marc Asselin, est revenu à la charge hier dans sa demande d'aide logée auprès des paliers de gouvernement supérieurs.

«Les difficultés que rencontre présentement l'industrie forestière, que ce soit au niveau de l'approvisionnement en bois ou de la campagne négative de Greenpeace auprès des clients américains, me font craindre le pire pour l'avenir de l'usine d'Alma de Produits forestiers Résolu. C'est ensemble que nous devons trouver des solutions qui permettront de pérenniser cette industrie essentielle à notre économie locale, régionale et provinciale.»

Le maire Asselin a conclu en rappelant que «depuis des mois, nous vivons avec une incertitude grandissante qui ne fait que prendre de l'ampleur devant chaque nouvelle attaque de Greenpeace. Des centaines de familles almatoises et jeannoises dépendent de la survie de la machine numéro 9 et de l'usine d'Alma et c'est pour eux que je lance cet appel aujourd'hui.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer