Québec retire la garantie d'approvisionnement de L-P Chambord

C'est aujourd'hui que Louisiana-Pacific dépose son plan de... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

C'est aujourd'hui que Louisiana-Pacific dépose son plan de développement pour la relance de son usine de Chambord.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

L'espoir d'une relance de l'usine de panneaux lamellés orientés de Chambord s'est envolé en fumée, lundi, alors que le gouvernement du Québec a retiré la garantie d'approvisionnement de la société Louisiana-Pacifique. Celle-ci représente 329 500 mètres cubes de bois, dans diverses essences de feuillu.

Le gouvernement du Québec a confirmé par communiqué sa décision de résilier la garantie d'approvisionnement de la société américaine. Le plan de relance qu'elle a récemment déposé ne semble pas rencontrer les attentes du premier ministre Philippe Couillard et de son ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard. 

«Louisiana-Pacifique a soumis un plan de relance au gouvernement du Québec qui semble prometteur, mais qui ne permet pas de transformer à court terme les volumes de bois qu'elle détient en vertu de sa garantie d'approvisionnement», précise le communiqué gouvernemental.

Louisiana-Pacifique, selon les informations diffusées sur son site Internet, n'avait pas l'intention de reprendre la production de panneaux lamellés orientés en 2015. Elle a informé les investisseurs de ses projets et l'usine de Chambord ne figurait pas parmi les actions qu'elle entendait prendre pour ajuster sa production à la demande, principalement pour le marché américain.

L'entreprise a possiblement déposé un plan de relance pour l'usine de Chambord au cours des deux dernières semaines au gouvernement du Québec. Ce plan ne prévoyait pas la reprise de la production de panneaux qui aurait permis la relance des opérations de récolte forestière tant dans la grande forêt publique que chez les producteurs privés de bois qui assumaient une bonne partie de l'approvisionnement de Chambord.

Les statistiques sur les mises en chantier aux États-Unis sont en ce moment bloqués au niveau du million de mises en chantier alors que, selon le tableau produit par Louisiana-Pacifiques, il faudrait au moins 1,5 millions de mises en chantier pour penser reprendre la production à Chambord.

L'autre problème en est un de prix. En ce moment, malgré l'augmentation des mises en chantier, le prix du panneau est sensiblement le même qu'en 2008, au moment de la fermeture.

«Je m'étais engagé à trouver des solutions pour les volumes de bois disponibles dans le secteur de Chambord. Je suis sensible à la volonté des acteurs régionaux intéressés à réaliser des investissements. J'invite l'ensemble des promoteurs potentiels à déposer leur plan d'affaires lié à l'utilisation de ces volumes de bois au bureau de projet que je crée aujourd'hui. Il sera ainsi possible de consolider, voire de créer des emplois dans la région. C'est une bonne nouvelle non seulement pour la ville de Chambord, mais aussi pour l'ensemble de l'industrie forestière régionale», a pour sa part soutenu le premier ministre Philippe Couillard dans le même communiqué.

La mise en place de ce bureau de projet sera soutenue par le ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations. Le ministre Jacques Daoust a réitéré l'intérêt pour le gouvernement du Québec d'utiliser tout le secteur de la transformation du bois pour maximiser la croissance économique.

L'entreprise Louisiana-Pacifique n'a pas retourné l'appel du Quotidien. Il sera intéressant de voir ce que l'entreprise entend faire avec l'usine de Chambord. Le domaine forestier est particulier. Une usine de transformation qui ne détient pas de garantie d'approvisionnement perd une très grande partie de sa valeur. Il est assuré que Louisiana-Pacifique ne sera pas intéressée par la vente de cet actif par crainte de voir l'acheteur faire augmenter l'offre de panneaux sur le marché américain.

Dans un an, le groupe Forex de l'Abitibi ajoutera sur le marché américain du panneau une production comparable à celle de l'usine de Chambord et ainsi éliminer une éventuelle augmentation de construction d'une ligne de production de panneaux à lamelles orientées par le groupe Forex en Abitibi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer