Comme en été, à deux au fil d'arrivée

Christian Gauvin et Ian Carbonneau, deux partenaires de... ((Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens))

Agrandir

Christian Gauvin et Ian Carbonneau, deux partenaires de fatbike aguerris, se sont partagé le titre du roi hivernal du lac Saint-Jean.

(Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Renaud
Le Quotidien

Le Piekuagami a désormais quatre rois: deux d'été et deux d'hiver. En effet, les Québécois Christian Gauvin et Ian Carbonneau ont répété, sans le savoir, le scénario hollywoodien offert cet été par les nageurs Xavier Desharnais et Tomi Stefanovski, hier, à la Traversée du lac Saint-Jean à vélo.

Les deux amis et partenaires de course ont franchi la ligne d'arrivée, main dans la main, après 1h59mn04 à affronter l'imprévisible désert blanc. Une soixantaine de spectateurs s'étaient réunis au coeur du Village sur glace de Roberval pour souligner leur exploit et celui des 70 autres participants.

«Christian a pris une bonne avance sur moi et je me suis dit que j'allais faire ce que je pouvais pour rester proche.

- J'ai vu qu'il gardait la même distance avec moi et qu'il travaillait fort. J'ai ralenti pour qu'il me rejoigne et on a fini ensemble. Ç'a été une bonne décision parce qu'on a pu prendre les devants à relais. Les dix derniers kilomètres ont été très difficiles à cause du vent.

- Ce n'était pas important de gagner. J'étais encore plus heureux de terminer à deux, avec mon ''partner''! ont relaté, en vrac, les deux champions, qui ont devancé le Français Patrick Lamarre et le Montréalais Sylvain Boudreault.»

Interrogés à savoir s'ils avaient préparé un tel scénario en s'inspirant du résultat de la Traversée internationale à la nage, Christian Gauvin et Ian Carbonneau n'ont pu cacher leur stupéfaction. «Ben voyons donc! Je ne le savais même pas!» s'est exclamé Christian Gauvin, de Bromont.

«J'ai toujours trouvé que c'était quelque chose de remarquable de traverser le lac Saint-Jean à la nage, et quand j'ai su qu'il y avait une traversée en vélo, je me suis dit que je devais le faire», a confié Ian Carbonneau, de Dorval.

Exploit difficile

Parcourir, sur les glaces, les 30 kilomètres séparant Péribonka et Roberval n'a pas été une tâche de tout repos pour les 72 cyclistes, divisés en trois catégories (découvreurs, aventuriers et coureurs). Le vent, surtout en fin de parcours, a été le pire ennemi des participants, qui ont tout de même pu bénéficier de conditions climatiques favorables.

«Les cinq premiers kilomètres, j'étais vraiment gelé. Je pensais que je n'allais jamais y arriver», a partagé le journaliste belge Olivier Beart, de vojomag.com. «C'est un événement extrêmement atypique. J'en avais fait [du fatbike] en Belgique, mais c'est ici que ça prend tout son sens. Ça ouvre de nouveaux horizons.»

Son ami et compatriote belge, Bernard de Jaeghere, abondait dans le même sens.

«J'ai eu beaucoup de difficultés avec le froid, le vent et la neige instable. Je suis tombé trois fois! , a raconté celui qui travaille dans le monde du sport et des médias. C'est vraiment particulier, c'est quelque chose qui ne peut exister qu'ici. Je vais m'arranger pour faire publier le texte d'Olivier sur un maximum de sites pour peut-être amener une équipe nationale belge l'an prochain», a-t-il terminé, en rigolant.

Au total, ce sont neuf cyclistes de l'étranger, en provenance de l'Italie, la France, la Belgique et les États-Unis, qui ont participé à la Traversée du lac Saint-Jean à vélo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer