21 rue Price

Une centaine de coups tirés

Les policiers ont été appelés au 21 rue... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Les policiers ont été appelés au 21 rue Price jeudi soir. Une centaine de coups provenant d'armes à air comprimé auraient été tirés par deux individus. Un homme a été blessé par les projectiles, en plus de recevoir un coup à la tête.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Plus d'une centaine de coups provenant d'armes à air comprimé ont été tirés, jeudi soir, au 21 rue Price, à Chicoutimi. Un homme a été blessé par les projectiles et a même reçu un coup de crosse dans le front comme dernier souvenir. Un individu, Keven Maltais, a été arrêté et un deuxième complice était toujours recherché par les policiers de la Sécurité publique de Saguenay au moment de mettre sous presse.

Le malheureux événement s'est produit vers 21 h 15. Selon les informations disponibles, la victime serait arrivée à l'immeuble à logements de Chicoutimi pour y rencontrer un des locataires. Elle aurait voulu lui offrir un travail.

Sauf que l'homme semblait connu de plusieurs locataires. Ainsi, Maltais, qui est âgé de 35 ans, et un autre chambreur seraient entrés dans la chambre d'un locataire et auraient dit à la victime (qui ne demeure pas sur les lieux) qu'il n'avait pas à se présenter au 21 Price et qu'ils ne voulaient plus le voir.

Mais ils ne lui auraient pas laissé le temps de partir. Armés d'une carabine à plombs et d'une seconde arme qui reste à déterminer, Maltais et son complice ont totalement vidé leurs chargeurs, soit plus d'une centaine de projectiles en direction de la victime.

Celle-ci n'a peut-être pas été atteinte par les 100 projectiles, mais plusieurs d'entre eux ont tout de même touché divers endroits de son corps. Un des plombs a même fini sa course sur le museau du chien qui se trouvait dans l'appartement.

Maltais a été assez rapidement retracé par les policiers de Saguenay. Il a comparu vendredi matin au Palais de justice de Chicoutimi. Il subira son enquête caution le mardi 3 mars.

«Mon client est accusé de voies de fait armées, de voies de fait avec des lésions, d'avoir utilisé une arme à feu, d'avoir braqué une arme à feu, d'avoir possédé une arme à feu dans un dessein dangereux et d'avoir déchargé une arme à feu. Il est aussi accusé de possession de méthamphétamines, de cannabis et de recel d'argent», a mentionné Me Julien Boulianne.

Selon le Code criminel, le chef d'accusation d'utilisation d'une arme à feu entraîne automatiquement une peine d'emprisonnement minimale de quatre ans.

«Un test de vélocité doit être fait sur les armes qui auraient servi dans cette histoire. Si la vélocité est assez élevée pour être comparée à une véritable arme à feu, il s'expose effectivement à une sentence importante», a repris Me Boulianne.

Au moment de mettre sous presse, les policiers de Saguenay étaient toujours à la recherche du second individu impliqué dans ces tirs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer