Greenpeace frappe encore

La # 9 menacée

La guerre que livre Greenpeace à la société... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La guerre que livre Greenpeace à la société Résolu risque de faire une autre victime puisque les jours de la machine à papier numéro 9 de la papeterie d'Alma sont désormais comptés. La haute direction de la société pourrait confirmer assez rapidement la fermeture définitive de cette unité de production.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La guerre que livre Greenpeace à la société Résolu risque de faire une autre victime puisque les jours de la machine à papier numéro 9 de la papeterie d'Alma sont désormais comptés. La haute direction de la société pourrait confirmer assez rapidement la fermeture définitive de cette unité de production.

Selon les informations recueillies par Le Quotidien au cours des derniers jours, plusieurs facteurs contribuent à cette possibilité qui se traduira par la disparition de plus ou moins 60 emplois tout en fragilisant la rentabilité de l'usine dans son ensemble. Le principal problème qu'il a été possible d'identifier est associé à la campagne de Greenpeace menée auprès des clients américains de la papetière.

Après Best Buy (Future Shop au Québec), c'est maintenant la chaîne pharmaceutique CVS qui refuse que son nom soit associé à des produits forestiers provenant de la forêt boréale canadienne lorsque le papier ne porte pas le sceau de la certification Forest Stewardship Council. Greenpeance, dans ses publications, accuse la papetière Résolu de ne pas respecter les Autochtones, de détruire les dernières forêts vierges et de bien d'autres actions dommageables pour la forêt boréale.

Le porte-parole de la papetière, Karl Blackburn, a confirmé au Quotidien que l'entreprise doit de nouveau faire face à un choix d'un important client américain. Le client en question, selon le porte-parole, ne souhaite plus utiliser des produits provenant de la forêt boréale.

«Nous sommes exactement dans la même situation que nous étions avec Best Buy alors que Greenpeace continue de s'en prendre aux clients. Puisque notre client ne veut plus s'approvisionner à partir de la forêt boréale, nous devons lui fournir du papier provenant des États-Unis. Cette décision aura des répercussions importantes pour l'économie des régions du Québec et c'est exact que ces impacts pourraient être importants pour la machine à papier numéro 9 de l'usine d'Alma», a repris le porte-parole de Résolu, tout en indiquant que la décision finale n'était pas encore arrêtée.

Il n'était pas en mesure de fixer d'échéance pour la prise de décision par la haute direction de l'entreprise.

La campagne de Greenpeace a visiblement fait mouche auprès de la direction de CVS qui a demandé à son imprimeur, la société Quad/Graphics, de trouver de nouvelles sources d'approvisionnement en papier en raison des pressions exercées par Greenpeace. Résolu dispose de la capacité de production aux États-Unis pour rencontrer la demande de l'imprimeur. Le déplacement des commandes vers l'usine de Calhoun au Tennessee est devenu inévitable si Résolu ne veut pas perdre ce client majeur.

Le développement durable sous silence

La campagne menée par Greenpeace aux États-Unis ne fait pas allusion au fait que les papetières québécoises sont soumises à un régime forestier basé sur les principes du développement durable, lequel comprend un plan de protection de l'habitat du caribou forestier ainsi que des spécificités par rapport aux relations avec les communautés indiennes: «On ne dit surtout pas que nous sommes soumis au régime forestier le plus avancé au monde en matière de protection de la biodiversité», reprend le porte-parole de Résolu.

Le papier destiné à l'imprimeur Quad/Graphics est en partie produit par la machine à papier numéro 10 l'usine d'Alma. Il s'agit de papier d'impression commerciale. L'entreprise a la possibilité de fermer la machine numéro 9 sur laquelle elle produit du papier annuaire et de transférer toute cette production sur la machine numéro 10. La machine à papier numéro 14, la plus importante de l'usine, est quant à elle dédiée au papier couché.

Cette nouvelle percée auprès des clients de Résolu aux États-Unis laisse supposer que la démarche du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, pour contrer l'organisme de pression ne fonctionne pas. Le gouvernement n'a jamais été en mesure de faire changer la décision de Best Buy qui n'utilise plus le papier SCA de la papeterie Kénogami.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer